Conciliation, Drôles d'enfants, Été 2016, Être parent, Parentalité
6 commentaires

Une histoire de popsicle

Mon chum et moi, on est vraiment dans une passe rushante professionnellement cet été. Pour faire une histoire courte, on travaille tout le temps. C’est simple de même.

Lui, il part à 6h du matin et ne revient pas avant minuit. Donc, moi, je m’occupe d’Henri et Martha le matin et le soir, en plus de travailler, thank God, de la maison. Mais, là ou ça se corse, c’est quand je dois travailler le samedi et le dimanche, c’est-à-dire les jours où y’a pas de garderie, et que je suis en mode soloparental. C’est vraiment tout un défi, mais honnêtement, entre deux moments de découragement et d’auto-tirage de cheveux sur la tête, y’a parfois du drôle et du doux qui se glissent.

Le doux, justement, il est venu au retour d’une promenade à l’épicerie (on n’avait plus de pain et de lait, super, avec deux enfants), ce week-end.

Promesse et sucette glacée.

Y fait chaud, on sue (moi plus que tout le monde, oui, je suis la mère qui doit traîner un bâton de déo dans sa sacoche, merci, les hormones), on marche un peu péniblement tous les trois pour revenir à la maison. Les enfants s’accrochent à la promesse que, s’ils écoutent les consignes (genre, pas s’écraser en pleurant sur le trottoir), ils pourront manger des pops en arrivant.

On a beau avoir chaud et être déshydratés, Henri, lui, n’arrête pas de parler. (Il n’arrête jamais d’ailleurs, cet enfant est une machine à parole. Il crie plus qu’il ne parle, je sais pas combien de fois il faut lui dire par jour : « Henri, crie pas, je suis juste à côté de toi ».) Je suis un peu tannée de son flot ininterrompu, j’ai juste hâte qu’il se mette un popsicle dans la bouche afin d’avoir la paix deux secondes pour pouvoir envoyer les présentations qu’il faut que je livre à ma cliente au plus sacrant.

Une fois arrivés au pas de la porte, je l’avoue, je ne suis déjà plus vraiment « avec eux », je suis dans ma tête à m’élaborer un plan de match, et tout ce que j’entends vraiment de la « conversation », c’est blablablacacablablacaca.

Puis, un retentissant : « MAMAAAAAN? TU SAVAIS QUEEEEEE… » se fait entendre. Je lui coupe la parole et lui dit : « Henri, es-tu capable de parler moins fort? »

Il me regarde tout doucement, même pas insulté par mon ton de mère-à-boutte, et me répond du tac-o-tac : « Mais, maman, c’est sûr que je parle fort, je parle avec mon cœur. »

Yeux dans l’eau.

Puis-je vous dire que j’ai ravalé mes paroles, pris un pops moi aussi et que je suis allée le déguster-regarder-dégouliner avec eux sur le balcon? Les power point, ça pouvait attendre, finalement.

Henri et Martha sur le balcon

6 commentaires

  1. Marion dit

    Hahahahaha je compatis tellement avec le modèle « enfant de 4 ans qui parle sans arrêt et hyper fort alors que tu es a 30 cm de lui » ;)

  2. Catherine dit

    Idem chez nous!! tellement contente de savoir qu’on est pas seul à vivre avec un enfant qui a le volume au max et qui n’arrêtent JAMAIS de parler! parce que ma fille (4 ans et 1/2) quand elle parle pas, elle chante ou se raconte des histoires… et ce même en dormant! en plus elle commence TOUTES ses phrases par « Maman »… épuisant!! et ma mini de 2 ans commence dangeureusement à prendre cette tangeante aussi!! au secours!! :-)

  3. Patricia dit

    Donc, Odile, à quel âge ça arrête, « s’écraser sur le trottoir en pleurant »???

    Je n’en suis qu’à deux ans… la route est longue?

    :)

  4. catherine dit

    Idem ici!
    Il
    parle tellement fort que je soupconnais un trouble d’audition. Eh bien non! C’est un juste trouble d’enthousiasme!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *