Être parent, Réflexions
Écrire un commentaire

La peur

La vraie. La lourde. La brûlante.

La peur de tout perdre, la peur de tout me faire arracher.
L’inconcevable. L’intense. La trop intense.
Celle qui me traverse, me perce et me fait vaciller. En une seconde, m’imaginer mon monde terminé.
Et, une fois passée, le corps tout léger.

Ma tête n’oublie pas ces instants de terreur noire. Mais mon cœur, lui, peut reprendre son cours, se desserrer, se poser.

L’anxiété, la mère de mes maux de mère. Mon cerveau, si prompt à adrénaliser l’entièreté de mon moi. Le soulagement du après. Du je-vais-pas-tout-perdre et du je-vais-pas-mourir.

Et vous serrer, mes bébés, juste un peu plus fort que d’habitude. En fait, y’a que moi, qui sait. Et qui espère, en vain peut-être, ne pas vous avoir passé ça, en hérédité.

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *