Défi 6 mois sans achat
5 commentaires

Défi 6 mois sans achat : cris(s)e de printemps

Ce mois-ci, j’ai essayé quelques trucs pour déjouer ma fièvre annuelle de magasinage printanier : le faux-magasinage, les réparations et le troc.

crisedemagasinage

J’ai fait semblant de magasiner.

Sous les encouragements d’Odile, je suis allée faire un tour dans l’antre du diable (Friperie Renaissance) pour tester une stratégie qu’une lectrice m’avait partagée en février. Cela consiste à remplir son panier d’items qu’on aurait achetés, mais au lieu de passer à la caisse, on rebrousse chemin et on va tout replacer où on l’a pris. C’est une façon de jouer un tour à son cerveau. On a l’impression d’avoir bien magasiné, mais le processus est assez long pour se raisonner et déterminer si ces achats sont nécessaires. La lectrice avait statué qu’il lui fallait au moins 15 minutes de shopping pour satisfaire son envie de magasinage et que son cerveau se mette en mode « t’as pas besoin d’ça! ».

Je me suis donc sacrifiée pour la science, mais avec une protection supplémentaire : je n’avais pas d’argent sur moi. AH! Je n’avais pas fait trois pas dans le magasin qu’on m’interpellait: « Hé Marianne, t’es pas supposée rien acheter, toi? » Une amie qui habite le quartier m’avait repérée. AHAH! Mon défi est plus connu que je ne le croyais, mon entourage me protège aussi de moi-même!

1er truc : Si vous faites le Défi 6 mois sans achat, parlez-en le plus possible autour de vous pour qu’on vous ait à l’oeil encourage!

 

Je lui ai donc tout expliqué en suant de surprise et de culpabilité sous mon manteau: « Mais c’est pour la science! J’ai pas d’argent! » puis je suis partie arpenter les allées de ma friperie bien-aimée.

J’ai vraiment pris mon temps. J’ai tassé tous les supports pour bien voir. Et je suis repartie chez nous avec des sentiments mitigés. Tout était laitte. J’avais même pas eu de p’tite émotion, de tentation. Résultat de l’expérience : pas d’entorse à mon défi (yé), mais j’ai encore envie de magasiner (meh).

J’ai réparé.

Si février a été l’hécatombe côté brassières, mars s’est avéré être le Festival du bas troué. Toute la famille a dû se départir de quelques chaussettes trop usées pour être reprisées. Parce que lorsqu’il n’y a qu’un orteil qui poke en dehors du bas, la nouvelle Marianne-en-défi-six-mois-sans-achat sort son fil et son aiguille pour le réparer. En plus de cette bonne habitude, j’ai tiré deux leçons de cet épisode :

  1. J’ai porté plus souvent mes collants, donc mes jupes et mes robes. Ce fut bénéfique pour mon moral de challenger mes habitudes vestimentaires, soit de sortir de mes jeans à haut pourcentage de spandex et de diversifier mes tenues.
  2. J’ai une obsession de la chaussette qui matche. J’ai ben ben ben de la misère avec les bas dépareillés, sur moi comme sur les membres de ma famille.

Une fois mon kit de couture sorti, j’en ai profité pour recoudre des boutons tombés et des ourlets défaits. Ce fut fort satisfaisant de voir réapparaitre quelques items dans notre garde-robe familial. Ces morceaux croupissaient au fond d’un sac de plastique identifié « À réparer » depuis des mois. Je n’ai pas encore osé réparer des déchirures, faute de patch et de savoir-faire.

Je suis aussi allée visiter mon cordonnier avec une paire de bottes mi-saison dont les semelles poches s’étaient désintégrées après une marche dans la neige mouillée. Pour 25 $, j’ai de nouvelles semelles de bien meilleure qualité et un amour renouvelé pour cet artisan de mon quartier.

2e truc : Atelier de couture, de cordonnerie ou de mécanique, trouvez des artisans de talent et de confiance qui peuvent réparer vos trésors.

J’ai (essayé) de troquer

J’ai troqué, mais pas autant que j’aurais voulu. J’avais listé plusieurs façons d’échanger mes biens, mais je n’ai pas pu tout faire ce mois-ci. Parce que, disons-le, le troc c’est super, j’adore ça, mais hilala ça prend du temps.

  • Le troc de personne à personne
    Ce que j’ai fait avec Odile quand elle m’a mentionné l’existence d’une poche de vêtements à donner dans son garde-robe. Je lui ai échangé trois tops contre un pot de granola maison.
  • Les partys de type switch and bitch
    C’est la formule que je préfère. T’apportes ton stock, ton alcool et le plus d’amies de ta taille possible. Deux modes de fonctionnement : a) chaque morceau est présenté au groupe ou b) freestyle, chacune prend ce qu’elle veut dans le tas. Parfois, quand les gens se connaissent peu, vaut mieux prévoir une façon de s’arranger si plusieurs personnes veulent le même morceau (tirage au hasard ou concours de lipsync).
  • Les évènements communautaires de troc
    J’ai participé à un évènement de Troc-tes-trucs et, même si le concept m’a séduite, j’ai trouvé peu pour ce que j’avais apporté. J’aimerais toutefois y retourner, cette fois sans les enfants…
  • Les friperies
    Habituellement, on échange vos vêtements contre de l’argent sonnant ou un crédit à dépenser sur place. Certains offrent même le service de consigne. Je garde mes meilleurs morceaux pour ces endroits, comme L’empire de l’échange, mais je n’ai pas encore essayé pour les vêtements des filles. (Yoopa a une chouette liste de friperies pour enfants ici!) Ma poche est prête, il faut juste que j’y aille!
  • Les friperies en ligne
    C’est un peu le même type de service, mais sans avoir à se déplacer! Minitrade est le plus connu (mais je ne l’ai pas essayé).
  • Les groupes de troc sur Facebook 
    J’avoue ne pas avoir eu le courage de photographier tous mes morceaux à échanger, de les mettre en ligne, de les identifier, de gérer les demandes et d’attendre que les gens se pointent chez moi dans le cas où il y aurait de l’intérêt.

3e truc : Il y a plein de façons de troquer, trouvez celle qui va avec votre personnalité!

Et j’ai eu de belles surprises

Suite à la lecture de mon compte-rendu de février, une amie qui fait également le Défi m’a ramassé deux paires de mitaines pour Alice dans un évènement de troc. C’est ce que j’appelle la solidarité. Merci Marie-Loïc! Sauf que là, comme si c’était trop beau pour être vrai, Alice a perdu un soulier de course. Devinez ce que sa grand-mère lui offre pour sa fête cette semaine?

4e truc : Dans l’économie d’échange, plus de personnes sont au courant de ce que vous cherchez, plus il y a de chance qu’on le trouve pour vous.

 

J’ai aussi participé à un évènement de blogueuses où la marque montréalaise Raffinalla et la boutique Monroe m’ont gâtée pourrie.

J'ai étrenné mes nouveaux pantalons @raffinalla hier soir. #conforttotal #faitauquebec #pretaportrait

A post shared by Marianne Prairie (@marianneprairie) on

 

Mais la meilleure surprise, c’est sans aucun doute en déballant les manteaux de printemps et les bottes de pluie de mes enfants que je l’ai eue : TOUT LEUR FAIT ENCORE. Je me croise les doigts pour que ce soit encore le cas dans un mois.

Comment ça se passe de votre côté? Troisième mois… c’est moins évident, hein? Racontez-moi tout dans les commentaires!

maman a un plan - défi 6 mois sans achat règles

J’ai commencé ce défi le 1er janvier 2016! Pour savoir comment mon aventure se déroule au fil des mois, suivez le guide!

5 commentaires

  1. Pour ma part, Mars a été une catastrophe ! Mais ça va, je me suis resaisie. J’pense.

    J’ai flanché 3x.

    Une fois en entrant au Port de tête par une journée ensoleillée de 12 degrés. J’ai acheté 5 livres dont 3 cadeaux et un pour un projet. Donc j’en ai acheté un en vrai. Mais j’arrête pas de me justifier en disant que j’ai investi dans la culture.

    J’ai dû me procurer des pantalons de yoga plus courts que ceux que je possédais. J’aurais très bien pu endurer les miens jusqu’en juillet. C’était pas absolument nécessaire. Mais j’arrête pas de me justifier en disant que 6h de yoga par semaine, ça prends qqes paires si j’veux pas passer mon temps à faire du lavage.

    (mes excuses sont pas tant valables, je le sais).

    Puis, j’ai eu une rage ridicule de t-shirts blancs et noirs unis pcq les miens sont transparents finis. J’ai pas d’excuses autre que j’étais tanné qu’on voit au travers de mon linge. J’aurais très bien pu porter autre chose.

    J’pense que t’as raison, j’en parle pas assez.
    MES AMIES, AIDEZ-MOI !

    Avril a bien commencé. J’ai dû dépenser 10$ pour remplacer les oreillettes de mes écouteurs pcq j’en avais perdu un. Mais j’ai essayé de m’en gosser, c’était juste pas confortable. Plutôt que d’acheter de nouveaux écouteurs, j’ai acheté le morceau qui me manquait.

    Sinon, rien de rien. Bon, on est le 5. Mais la température étant sur le point de changer, je vais ressortir les vêtements de printemps et j’aurai moins envie de magasiner. J’pense. Peut-être.

    Exit le mois catastrophe.
    Avril, ayez moi à l’oeil.

    • J’te dis, le printemps, ça fait fondre notre raison en même temps que la neige! Merci pour ton honnêteté Nancy, j’apprécie beaucoup te lire :)
      Et on pourrait se faire un genre de pacte: quand l’une est sur le bord de flancher, elle doit écrire à l’autre. Deal? Solidarité, bébé!

  2. Moi je te félicite Marianne! Je suis ben excité de suivre tes aventures, car j’ai essayé deux semaines et j’ai flanché quand mon gars a manifesté un intérêt pour des Legos Star Wars. Le geek en moi ne pouvait se contenir plus. Pis je me suis également acheté des petites culottes, les autres étaient toutes trouées. Vais-je réessayer le mois prochain? J’attends tes résultats avant de me prononcer!

    • Merci, t’es ben fin! Tu me fais penser que mes bobettes vont peut-être être les prochaines à flancher, après les brassières et les bas… Mes sous-vêtements essaient de me dire quelque chose, je pense, HAHAHA!

      À suivre!

  3. Pingback: Défi 6 mois sans achat: LA FIN – Maman a un plan

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *