Défi 6 mois sans achat
Écrire un commentaire

Défi 6 mois sans achat : le mois où je l’ai échappé

J’ai reporté l’écriture de mon bilan du mois d’avril parce que je n’en suis pas très fière. J’ai acheté des choses. Pas mal de choses.

Au début de ce quatrième mois, alors qu’il pleuvait de la slush (remember?), je suis allée à l’épicerie à pied avec Alice. Je nous croyais bien protégées par nos bottes de caoutchouc jusqu’à ce qu’elle me lance :  » Maman, mes bas sont mouillés. » Ses bottes étaient peut-être encore de la bonne taille, comme je l’avais claironné, confiante, la semaine précédente, mais j’avais complètement raté deux immenses trous aux talons. L’eau s’infiltrait et elle commençait à avoir froid.

Soudain, j’ai vu les prochaines semaines défiler devant moi.

Un flash : rhume, nuits difficiles, inquiétude, lyrage, congés forcés, stress, médecin, fatigue, médicaments, attente. Nononononon, que je me suis dit. Et je m’en suis un peu voulu de ne pas l’avoir vu plus tôt qu’au moment où chacun de ses pas était accompagné d’un désagréable flousssch flousssch : celui de l’eau frette qui imbibait sa semelle et ses chaussettes.

J’ai pensé un quart de seconde à mon Défi 6 mois sans achat, mais il était impensable que nous retournions à la maison sans une nouvelle paire de bottes pour Alice. Non seulement on annonçait de la flotte pour encore plusieurs jours, je ne m’imaginais pas lui dire d’endurer ses pieds ratatinés alors qu’il y a avait un magasin de chaussures à cinq minutes de flousssch flousssch.

Je lui ai donc acheté une paire de bottes de pluie. En solde, yé!

Puis, en repensant à cet épisode, j’ai pogné de quoi.

Un constat m’habite depuis le début de ce Défi, mais il s’est davantage matérialisé lors de cet évènement précis. Mon 6 mois sans achat est un défi personnel que je me suis lancée pour dompter mes habitudes de (sur)consommation, découvrir de nouvelles façons de me procurer des biens et payer mes dettes. J’ai décidé de mon propre chef de ne pas faire d’achats. Cette situation ne m’a pas été imposée par une perte d’emploi, une maladie, une séparation, une job au salaire minimum, une crise financière, un vol… J’ai l’énorme luxe de CHOISIR de ne pas acheter. J’ai donc pu sortir la quinzaine de dollars nécessaires pour procurer de nouvelles bottes à ma fille, à l’instant même où elle en avait besoin.

Alors, merci pour vos encouragements, pour vos bons mots où vous me dites que je suis forte et inspirante de me lancer un tel Défi. Je l’apprécie sincèrement et énormément. Mais d’autres personnes devraient également recevoir ces fleurs et elles n’ont pas de tribune comme moi : celles qui vivent au jour le jour avec la pauvreté. Celles qui n’ont pas le choix de tougher 6 mois sans achat. Celles qui font flousssch flousssch jusqu’au prochain chèque.

Voici les autres choses que j’ai achetées.

Une chemise à 1$ du comptoir familial. Je l’avais spottée sur le rack devant la porte. J’y ai pensé pendant 4 jours. Je suis allée la chercher. Fin.

Des bas et des bobettes à mon chum. C’était juste p’us gérable et un peu dégueu.

super-sensitive-heroine-cases

Un case pour mon nouveau téléphone. Je n’ai pas voulu prendre le risque d’attendre la fin de mon Défi et scraper mon nouveau cellulaire pour me procurer CETTE CHOSE MAGNIFIQUE. En solde à ce moment-là, re-yé!

Des souliers de course pour Léonie. Ils ont explosé par un beau samedi de jeu extérieur. J’ai fait tous les groupes de vente et de troc que je connaissais, puis quatre magasins pour enfin trouver une paire à sa taille qui ne me fait pas saigner des yeux à cause de l’overdose de fluo et de paillettes.

Et deux plantes. Il y a un flou dans mes règles autour de l’achat de plantes, alors j’en ai profité. Crime, le printemps arrivait pas!

Voilà, ça me paraissait important de tout vous dire. #transparence

Bref, je suis mitigée.

Mon côté première de classe s’autoflagelle de ne pas avoir respecté les règles. Je n’ai pas été « parfaite », j’ai failli à mon engagement. Je suis comme gênée, même si je sais que c’est pas siiiii grave. En fait, j’ai surtout exploré les limites qu’un tel défi peut poser et c’est bien tant mieux. Et pour moi, ce sont celles des souliers et des sous-vêtements, HA!

Quelles seraient vos limites, à vous? Et pour les gens qui font le Défi, avez-vous flanché? Comment s’est déroulé le dernier mois?

maman a un plan - défi 6 mois sans achat règles

J’ai commencé ce défi le 1er janvier 2016! Pour savoir pourquoi je me suis lancée dans cette aventure et comment elle se déroule au fil des mois, c’est par ici!

1 commentaire

  1. Bonjour, j’aimerai savoir aussi si cela concerne la nourriture ? Faites-vous aussi du dumpster diving ? Merci pour ce beau partage. Je n’ai pas fait le défi de ne plus acheter quoique ce soit, mais j’essaye de passer par la case récupération avant un achat neuf. Je vais aller lire vos autres billets et merci encore pour ce partage inspirant.

  2. Pingback: Surconsommation... pour les enfants - Planète F

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *