MAP au travail, Réflexions
13 commentaires

Mère travailleuse : ce que j’ai appris

Dans la vie, je pense ben trop. Je me pose plein de questions. J’analyse toute.

Je me rends compte que cette curiosité naturelle fait en sorte que je suis constamment à la recherche de réponses et d’idées nouvelles. Je veux tout savoir, tout comprendre. Ça m’aide à trouver du sens dans ma vie trépidante et mettre des mots sur des situations qui m’échappent. #intellectuellemuch

Quand je me suis frottée au challenge de la maternité, j’ai passé mon congé à chercher des blogues de mamans comme moi. Quand j’ai voulu décrypter le mystère de la conciliation travail-famille, je me suis procuré une douzaine de livres sur le sujet. J’ai aussi la chance d’exercer un métier où je rencontre beaucoup de femmes qui se distinguent, qu’elles soient militantes ou gestionnaires dans une grande entreprise. Après toutes ces années, j’ai accumulé un bon bagage de connaissances, notamment sur ce double rôle de mère et de travailleuse. Je dis « bon bagage », mais ça pourrait aussi être « une somme absurde de savoirs sachant le nombre d’heures moyen que je dors par nuit ».

C’est pourquoi j’ai pensé vous partager le meilleur de ce que j’ai appris au cours de cette quête, toujours en cours d’ailleurs. Le « meilleur » parce que ces leçons ont aussi été des prises de conscience salvatrices pour moi. Elles m’ont permis de me délester d’une certaine pression et de voir les choses autrement. D’un coup que ça ferait la même chose pour vous?

maman-a-un-plan-marianne-travail-apprentissages-3

Investir dans l’introspection

C’est la première étape, la grosse base. Si tu veux améliorer ta situation personnelle ou professionnelle, un petit rendez-vous avec « ton intérieur » est de mise. Appelle-le ton instinct, ta petite voix, ta conscience, ton coeur ou ton enfant intérieur, c’est comme tu veux. Tu peux même l’appeler « Suzanne » si tu veux. Mais il faut que tu l’écoutes pour savoir par où commencer ou par où t’en aller. C’est pourquoi j’écris « investir »: ça prend souvent du temps, de l’énergie et des efforts. Ça peut être douloureux. Des fois aussi, ça prend de l’aide professionnelle. Je me fie beaucoup à mon dedans quand je dois prendre des décisions ou lorsque je dois faire des moves. Il m’aide aussi à me connecter à mes rêves et mes aspirations. Quand je l’ignore, mon dedans se manifeste à l’extérieur : je fais de l’eczéma, je pleure plus souvent (c’est à dire tout le temps), je crie, je procrastine. Quand tu connais qui tu es, c’est plus facile de savoir ce qui te convient ou ce dont tu as besoin, PIS DE L’ASSUMER. #ownit

Réinventer les modèles

J’avais peu de modèles sous la main quand je suis devenue maman. C’est une des raisons qui m’a motivée à écrire mon propre blogue, pour exprimer qu’il existait une autre façon d’entrevoir la maternité. Je crois que ce principe de créativité et d’indépendance doit s’appliquer aussi à nos carrières, en tant que mères qui travaillent. On a encore le concept des « échelons à gravir » bien ancré dans notre imaginaire collectif quand on parle de réussite professionnelle. Pourtant, le monde du travail a changé depuis le temps où on pouvait penser évoluer dans la même organisation pendant des décennies. J’ai pogné de quoi lorsque j’ai entendu parler du modèle de carrière à la « Jungle Gym« . « Utiliser la métaphore de la structure de jeu pour enfants afin d’expliquer qu’il y a davantage de mouvements possibles dans une carrière que seulement monter (et descendre), j’ai trouvé ça génial! » comme je l’écrivais chez L’effet A. Je fais mon propre parcours et peu importe si j’emprunte la glissade ou le pont suspendu, j’ai pas mal plus de fun que si je m’en étais tenue au chemin tracé d’avance.

Penser carrière, pas horaire

Alors que les filles étaient toutes petites, j’ai vécu beaucoup de frustration de ne pas être capable de passer autant de temps que je le souhaitais sur des mandats ou d’avoir la possibilité d’en prendre plus pour faire plus d’argent. J’avais l’impression que mes enfants me ralentissaient alors que j’effectuais une transition vers une nouvelle carrière comme auteure et chroniqueuse. Je devais retenir mon ambition parce que j’étais très sollicitée par mes responsabilités familiales. Puis j’ai lu un truc qui m’a fait beaucoup de bien. Pourquoi s’acharner sur des objectifs à court terme alors qu’une carrière peut s’échelonner sur 40-50 ans? Qu’est-ce qui presse autant? Pourquoi ressasser le sentiment d’échec parce qu’on n’a pu rayer tous les items sur sa to-do hebdomadaire, alors qu’on a réussi à accomplir plein de belles choses cette année? Ça ne vaut plus rien? Relativiser en élargissant ma perspective m’a aidée à me calmer le pompon.

maman-a-un-plan-marianne-travail-apprentissages-2

Bien s’entourer

Ça commence évidemment avec son ou sa partenaire. Surtout lorsqu’on sait que le plus grand frein à la carrière d’une femme, ce n’est pas d’avoir des enfants, mais plutôt un conjoint qui ne coopère pas. Y a-t-il une carrière prioritaire dans le couple? Est-ce égalitaire? Par chez nous, on prend des tours et on s’assure que tout le monde est toujours down avec le plan régulièrement. Mais ce qui a fait la plus grande différence dans mon réseau professionnel, c’est quand j’ai commencé à considérer les filles talentueuses qui obtenaient du succès dans mon milieu non pas comme des menaces, mais comme des alliées potentielles. Le but n’étant pas de devenir amie avec toutes ces personnes, mais d’avoir un état d’esprit plus disposé à la collaboration qu’à la compétition. C’est plus constructif et moins épuisant.

Prendre soin de soi

C’est l’apprentissage que j’essaie d’appliquer en ce moment, mon défi actuel. Je vois les bénéfices d’un mode de vie équilibré et d’un amour propre chaleureux sur mon humeur et ma productivité, mais c’est loin d’être évident. En ce moment, je dors peu, mais je mange bien et mon ingestion d’alcool est légère. Je vois souvent des gens que j’aime, mais je n’ai pas encore été capable d’intégrer l’activité physique à mon quotidien. Je n’hésite pas à prendre 15 minutes pour me faire une manucure, mais je ne sais pas comment prendre des vacances. J’y travaille! #toudoumtschi

Qu’est-ce que vous avez appris qui a changé de façon positive votre façon de voir votre rôle de mère travailleuse?

Photos : Véronique Brisson <3

13 commentaires

  1. Ce que j’ai appris c’est pas mal ce que tu dis…
    Ne pas avoir trop d’attentes à cours terme, mais voir ça plus globalement. Me rappeler dans les moments de découragements, que même si je ne suis pas la saveur du mois, ça fait dix ans que je fais ce que j’aime et que je me sors de ma zone de confort quotidiennement. Mon travail est intimement lié avec ma vie. J’ai des choses à dire/transmettre et ça va pas mal être ça toute ma vie. Ce que je veux, c’est durer et faire les/mes choses avec signifiance. Je suis très instinctive et mes doutes sont rarement superficiels. Ça m’aide. Je suis une personne « groundée », je carbure à l’instrospection depuis toujours. Je crois beaucoup aux compromis sur le micro, mais pas sur le macro et à la résilience/l’adaptation.

  2. Johanie Boivin dit

    Je suis d’accord avec ces cinq constat : introspection, tracer son propre chemin sans se comparer aux autres, se fixer des objectifs à long terme, profiter des gens qu’on aime et ne pas perdre de temps avec les gens qui nous brûle de l’énergie et prendre soin de soi. Je mettrait prendre soin de soi en premier, mais moi aussi j’ai de la misère avec ça… mais j’y travaille!
    J’ajouterais aussi un truc plus terre à terre : s’organiser. Ici on concilie travail/famille/maladie car notre plus grande à la fibrose kystique et on a appris à avoir une routine ultra huilé. La routine est notre amie pour les choses de tout les jours : porter et chercher les enfants, les repas, les courses, parce que l’on veut pas perdre de temps ou se prendre la tête avec ses affaires là pour mettre son énergie à la bonne place.

  3. Suzanne Fortier Valleyfield dit

    Ca me fait du bien à 71ans de voir des jeunes femmes qui ont du guts c’est un travail à long terme les filles lâchez surtout pas .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *