Activités
Écrire un commentaire

Déficit nature : L’importance de sauter dans les flaques d’eau

La liste des choses qu’on veut faire faire à nos enfants « parce que c’est important » et « parce que c’est bon pour leur développement » est interminable. Je sais.

Il y a quelque temps, j’ai assisté à une présentation sur le déficit nature vécu par les enfants vivant en milieu urbain. Le sujet m’a comme…interpellée, mettons.

Pourquoi? Parce que j’ai « pogné de quoi » quand, en novembre dernier, nous avons emmené Henri (qui n’avait pas encore deux ans) au parc Maisonneuve et qu’il ne voulait pas quitter le chemin d’asphalte qui fait le tour du parc. Vous imaginez, mon fils, qui adore courir partout, avait un immense terrain pour se laisser aller…et il ne voulait rien savoir! Une fois attiré (un peu de force) sur le gazon, je lui ai fait mettre des cocottes dans ses poches : révélations, sourires, grande joie. Il m’en parle depuis CHAQUE fois qu’on voit un sapin.

L’atelier

Donc, cette présentation animée par Sonia Lefebvre (fondatrice de l’entreprise Curieux de nature) aborde les enjeux reliés au manque de contact avec la nature chez nos petits urbains et les solutions pour y remédier. J’ai adoré : ce n’était pas du tout culpabilisant! Sonia ne nous disait pas qu’il fallait se mettre au camping à toutes les fin de semaines (beurk!), mais nous proposait vraiment des petites choses simples : toucher l’écorce des arbres, aller faire un pique-nique direct dans l’herbe, aller jeter des petits cailloux dans l’étang au parc Lafontaine, sortir un jour de pluie, aller jouer dans la boue (oui, on va se salir, mais une fois n’est pas coutume!) en nous expliquant que tout ça permettait aux enfants de se rapprocher de la nature, que ça libérait des stress et leur faisait prendre conscience de leur environnement.

De la pluie? Youpi!

J’y pense vraiment souvent depuis et j’essaie le plus possible de maximiser de manière positive notre temps à l’extérieur. C’est en pensant à Sonia et ses bons conseils que j’ai proposé à Henri d’aller sauter dans les flaques d’eau après les grosses pluies de la semaine dernière. Allez hop! Les bottes de pluie et on est partis. Oui, il était tout mouillé après, mais on a eu tellement de plaisir! Un moment mère-fils comme je les aime!

Pour aller plus loin

Si le sujet vous intéresse : Francois Cardinal, éditorialiste de La Presse a écrit un livre sur le sujet : Perdus sans la nature. Et si vous voulez pousser encore plus loin, inscrivez-vous aux ateliers de Curieux de Nature!

1 commentaire

  1. Mais ouiii ! Vive les flaques d’eau ! J’étais toute désolée en fin de semaine lorsque j’ai vu 2 petites filles, habillées de la tête aux pieds avec un suit imperméable et des bottes de pluie et à qui les parents interdisaient de sauter dans les flaques d’eau… Pourtant, la plus petite montrait à quel point elle en avait envie :-(
    J’ai trouvé ça vraiment plate.

  2. OOhh, comme je suis heureuse de lire ton article ! Je suis vraiment contente que Henri et toi ayez partagé ce moment :) Vive les flaques d’eau et le bonheur qu’elles nous apportent !

  3. paquette dit

    Nos enfants ont maintenant 20 et 24 ans et ils se souviennent très bien que nous allions sauter dans les flaques, en sandales ou en bottes de pluie et que c’était permis, voire nécessaire, d’être trempés, Tout comme c’était une sortie familiale d’aller aux fraises, aux framboises et aux pommes. Malgré leur âge, nous y allons tous les ans et frêre et soeur s’amusent commes 2 enfants. Quels beaux moments….

  4. Pingback: Les billets les plus populaires de 2013 | Maman a un plan

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *