Allaitement, Être parent, Maternité
8 commentaires

Deuil et etc.

Je savais très bien qu’en retournant travailler si rapidement après l’arrivée de ma petite Martha, j’allais avoir à affronter des difficultés, mais là, j’en vis une que je n’attendais pas nécessairement.

Oui, je suis un peu fatiguée, oui, ça demande de l’organisation (beaucoup), oui, il faut que j’apprenne à demander de l’aide, mais tout ça, ça se gère.

Le « problème » est ailleurs: ma cocotte n’a plus besoin d’être allaitée la nuit. Je vous entends rire, moi aussi d’ailleurs je ris en l’écrivant, mais le problème part de là.

Quand j’ai recommencé à travailler il y a presque deux mois, j’allaitais quand même ma fille cinq fois par jour : trois fois en soirée, une fois la nuit et une fois le matin avant de partir au travail. Petit à petit, c’est devenu quatre fois… puis trois… puis là, c’est seulement deux : un allaitement le matin et un le soir.

Et, ce qui devait arriver, arriva : je produis beaucoup moins de lait. C’est sûrement au grand bonheur de mes collègues qui n’étaient plus capables de m’entendre dire que j’avais mal aux seins, mais ça veut surtout dire que je sens que je suis sur la fin de l’allaitement de Martha… et ça me brise le cœur. Vraiment.

J’ai très mal géré, dans mon cœur et dans ma tête, la fin de l’allaitement d’Henri (j’ai dû arrêter du jour au lendemain alors qu’il n’avait que deux mois, longue histoire) et je ne veux pas revivre ça cette fois-ci.

Comment fait-on le deuil de ce geste si spécial? Je pense que je ne le sais pas encore.

Je ne crois pas être la seule dans cette situation, je me trompe?

8 commentaires

  1. mamanso dit

    Moi à chaque je me disais que mon bébé n’était plus un bébé mais devenait une personne plus indépendante. C’est également super de pouvoir reprendre possession de son corps! Bonne chance :)

  2. Annie dit

    Moi aussi j’ai eu de la difficulté, même si après 9 mois j’avais tellement hâte de pouvoir sortir seule sans me soucier d’être dans les temps. Il doit sans doute y avoir un lien avec le sentiment de culpabilité de ne plus donner le maximum de nous mêmes. J’ai dû me répéter au moins 100 fois par jours que je lui avait donné tout ce que je pouvais mais qu’on était rendu à une autre étape.

    Alors j’ai remplacé ces petits moments magiques par des millions de bizoux par jour! :)

  3. Doris dit

    Je compatis. Tu peux faire une activité spéciale avec elle, comme un rituel, qui marque le passage à un autre stade de votre relation. Bonne chance et vis ton deuil comme tu l’entends.

  4. Charlotte dit

    J’ai été dans la même situation. Obligé d’arrêter d’allaiter à 3 mois car plus assez de lait. Tout ça commença lorsque je voulais être une maman mais aussi une femme parfaite en ayant un body de rêve 2 mois après avoir accouché. Mes seins m’ont fait comprendre assez rapidement qu’ils ne pouvaient pas faire les 2. Mon deuil a dû se faire en silence car j’ai tellement souffert de douleur le premier mois avec l’allaitement et que je n’étais à pas grand chose d’abandonner que lorsqu’il a fallu réellement lever le drapeau blanc, je ne me voyais pas me plaindre de ne plus allaiter! Je ne croyais pas être aussi perturbé par ce thème aussi large et inconnu mais maintenant que je regarde le passé, je suis fière de ce que nous avons pu accomplir ma fille et moi, ensemble!!

  5. Je suis aussi en processus de deuil de l’allaitement. Je vais dans le même sens que Doris, il est important de terminer sur une note positive. Je suis personnellement allée voir une photographe professionnelle qui a prise une magnifique photo de mon garçon et moi qui me fixe dans les yeux. Je la garde comme un souvenir de ces beaux moments et elle me rend heureuse malgré la nostalgie.

  6. J’ai voulu introduire le biberon à mon fils vers 5 mois pour pouvoir le faire garder une fois de temps en temps, mais une fois qu’il a compris comment la bouteille fonctionne, il a complètement délaissé le sein, il n’en voulait plus. Je ne voulais pas arrêter tout de suite, ça m’a fait bien de la peine. Et quelques semaines plus tard, j’ai appris que j’avais une petite surprise dans mon ventre! Je n’y pensais pas du tout, et ce n’était pas prévu si vite. Mais finalement, je suis bien contente du résultat.

  7. Les filles…si vous saviez combien tous vos commentaires m’ont fait du bien. Vous êtes d’une grande générosité d’avoir partagé vos histoires avec moi. Je suis vraiment chanceuse. Merci!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s