Année: 2014

Joies, défis, voeux et regards en arrière

Trente-et-un décembre. Fin d’année. Le temps de regarder en arrière. Juste quelques secondes. Pour réfléchir, contempler ou se dire : « Aoutch, j’espère ça va mieux aller l’an prochain ». C’est selon. Les petits plus Dans les dernières semaines, j’ai beaucoup réfléchi aux défis et aux joies que j’ai vécus en 2014. Dans la colonne « plus » (t’sé, les autocollants qu’on se donne à soi-même), il y a, entre autres, mon mariage (et que dire des belles photos de Valérie Poulin qui me remplissent de bonheur chaque fois que je les regarde) et quelques billets que j’ai publiés ici. Une dizaine, à peu près, dont je suis vraiment fière, pour toutes sortes de raison. J’ai décidé de vous présenter les cinq qui sont en top de liste. Top comme dans : « les cinq qui ont été les plus lus dans les dix que moi j’affectionne particulièrement ». Regards en arrière Sans surprise aucune, c’est Tout ça pour un bout de spandex qui est tout en haut. Celui-là, il est un peu dans une catégorie à part, comme dans : « y’a …

bébé fille rebelle

Légende familiale

Ma fille, tu sais choisir tes moments. Celui d’hier soir entrera dans notre légende familiale. Voilà quelques semaines que tu commençais à nous dire de beaux petits mots et que tu faisais fondre nos cœurs, mais là, vraiment tu t’es surpassée. Hier, ta toute première phrase complète, lancée en plein souper, a été de la musique à nos oreilles : « Ze t’aime, papa ! » Tu nous as fait pleurer de bonheur. Même Henri semblait sonné. Mais si je t’écris aujourd’hui, c’est surtout pour te remercier d’avoir dit CETTE phrase en premier. Car s’il avait fallu que ta deuxième phrase complète (que tu m’as dite en me regardant bien droit dans les yeux cinq minutes plus tard) eut été ta première, l’histoire familiale que nous aurions racontée pendant des années aurait été bien, bien, bien différente. Quand, remise de mes émotions, j’ai rappelé à ton père que nous devions acheter des couches à l’épicerie, tu as cru bon de me dire : « Z’ai pas fait caca. » L’honneur est sauf. Merci Martha. Et vous, quels …

De lourdeur et de maternité

Henri se réveille encore en criant et court jusqu’à mon lit. Il a entendu la moto de son père démarrer et quitter l’entrée. Il pleure parce qu’il n’a pas pu lui dire au revoir avant qu’il parte travailler. J’essaie tant bien que mal de le consoler, lui dire qu’il le verra demain, mais rien n’y fait. Bien sûr, ses pleurs réveillent Martha. Je me lève péniblement et me rends jusqu’au lit de la petite. J’ai mal à la tête comme chaque matin. – Lait-lait. – Oui, ma chérie, mais on va changer ta couche avant. Elle se débat, elle déteste quand on change sa couche. Henri pleure toujours. Martha me pointe férocement sa chaise haute et crie jusqu’à ce que je lui serve ses céréales pour bébé. Elle mange seule. Enfin. À force de câlins et d’attention, Henri se remet de sa peine quotidienne. -Aider-aider? Martha me tend sa cuillère. Je lui dis que je ne peux pas l’aider, que je dois préparer le déjeuner à Henri et qu’elle est capable toute seule. Elle se …

Concours livre Marianne Prairie

La première fois que…

J’étais dans le premier trimestre de ma première grossesse, malade et épuisée, quand j’ai entendu Marianne Prairie pour la première fois à la radio. Elle était invitée à une émission d’été de Radio-Canada et elle jasait de maternité et de son blogue Ce que j’ai dans le ventre. Cette fille me semblait ben pertinente et ça m’a donné envie d’aller la lire. Je suis allée zyeuter ses billets du moment, j’ai été happée. Elle était drôle, brillante, écrivait comme pas une, et parlait d’un truc qui m’était alors jusque là COMPLÈTEMENT inconnu : la parentalité. Comme j’avais les deux mains d’dans (la grossesse, t’sé) et que je catchais pas trop ce qui se passait dans ma tête et dans mon corps, je me suis dit que lire « là-dessus » me ferait le plus grand bien. J’ai donc décidé de repartir du début et de lire tous ses billets dans l’ordre chronologique. J’ai ri, j’ai pleuré, pis je me suis dit « OSETIE, C’EST NORMAL COMMENT JE ME SENS !?!? » Fast-forward La vie et le hasard des rencontres font que …

C’est un garçon ou une fille?

Quelle coupe de cheveux portiez-vous lorsque vous étiez enfant? Sur les photos de moi, petite, j’ai presque toujours les cheveux courts (ou très courts, c’est selon) jusqu’à l’âge de 6 ou 7 ans. Peut-être parce que j’étais pas du monde quand venait le temps de me peigner, je sais pas ;) N’en reste pas moins que je me trouve pas mal plus « mignonne » sur mes photos avec les cheveux longs. Pourquoi ? Parce que j’ai l’air « d’une fiiiiiille ». Gros cliché, hein ? Mais c’est qu’on est tellement habitué de voir ça : des petites filles coquettes avec des rubans dans leurs longs cheveux. « Ce que les cheveux courts de mes filles m’ont appris sur le féminisme » Au début du mois, je suis tombée sur What my daughters’ short haircuts taught me about feminism, un billet de blogue d’une américaine dont les trois fillettes correspondent exactement au sacro-saint modèle de la beauté : elles sont toutes blondes aux yeux bleus, le tout, sur des petites faces d’ange. Dans ce texte, la mère parle du malaise qu’elle ressentait quand …

Tout ce que tu verras…

Un GROS highlight de l’été chez les Archambault-Audet? Martha marche! En fait, elle a fait ses premiers petits pas il y a deux mois, mais refusait de marcher ailleurs que dans le salon. Ensuite, ç’a été que dans le sous-sol (je trouvais ça très drôle), puis, n’importe où dans la maison, mais pas à l’extérieur! #LogiqueDeBébé J’avais dit à son éducatrice qu’elle marchait « chez nous » alors, chaque fin d’après-midi, elle me disait sur un ton amusé que ma fille avait avancé à quatre pattes toute la journée… et qu’elle me croyait moyen qu’elle était capable de marcher à la maison ;) BEN Ç’A DURÉ UN MOIS et elle nous a vraiment fait rire dans son entêtement! Mais bon, maintenant qu’elle a décidé que la marche (et l’indépendance qui vient avec), c’était awesome, mon p’tit bout de femme est juste pu arrêtable. Elle est en train de quitter le monde des bébés et ça me rend bien émôtive de penser à toutes les choses qu’elle verra, sentira, goûtera, essayera pour la première fois dans les années qui …

Lecture et résolution

En tant qu’ancienne prof de littérature/français ET amoureuse de l’objet-livre, laissez-moi vous dire que des bouquins, j’en ai achetés dans ma vie. Mais depuis que je suis mère, cette compulsivité littéraire s’est tournée vers les livres pour enfants. Donc, même si j’ha-yis le concept, j’avais pris une résolution pour 2014 : me remettre à lire des livres « de grandes personnes ». J’y suis un peu arrivée : j’ai lu cinq livres depuis le début de l’année et ça m’a fait un bien fou, fou, fou. D’ailleurs, il y en a trois que j’ai terminés en me disant « WOW, ça vient d’un peu changer ma vie, pis j’ai vraiment envie d’en parler sur mon blogue. » Mais. J’ai jamais eu le temps. Donc, les voici les trois ensemble dans un seul et même billet, yé ! Les tranchées – Fanny Britt Un livre sur la maternité qui aborde, entre autres choses, l’ambigüité chez la mère. Par exemple, sommes-nous vraiment un type de mère  (« sainte mère », « mère indigne ») ou ne serions-nous pas plutôt plusieurs sortes à la fois… J’ai trouvé la réflexion …