Mois: juin 2014

Le Maine en famille – Nos coups de cœur

Henri a trois ans et, depuis qu’il est né, nous sommes allés dans le Maine trois fois… On commence donc à avoir nos petites habitudes ;) On y va aussi souvent parce que (1) on aime la mer et (2) parce que 5 heures de voiture, c’est vraiment pas si long. Quand les enfants seront plus grands, on pensera allonger notre road trip jusqu’en Virginie ou en Caroline, mais pour l’instant, c’est par-e-fait. Si jamais vous pensiez aller y faire un tour cet été, voici mes suggestions family-friendly. Dormir Je ne suis pas « camping » pantoute, pour moi, c’est tout sauf reposant, hihi! Donc, si vous cherchez à vous loger, tout en restant dans le quand même abordable, je vous conseille le motel Misty Harbor à Wells. Chaque fois, nous prenons une unité avec une chambre, une petite cuisine et un salon. Ça fait qu’on peut se faire à manger pour économiser sur les restos mais, surtout, qu’on n’a pas besoin de se coucher lorsque les enfants font dodo ;) Se baigner/Jouer dans le sable J’adore la plage …

Les fins, j’aime pas ça

Je ne suis pas « bonne » avec les fins. Je déteste dire au revoir. J’ai tendance à tout remettre en question, et surtout, je sais que c’est l’heure des bilans. Ça fait deux semaines que j’ai terminé mon contrat d’un an en rédac web, et ça fait deux semaines que j’ai le cafard parce que je suis en train de dire au revoir à quelque chose qui est fini et, même si je sais que c’est pour faire de la place à « autre chose » ( je sais pas quoi), je trouve ça tof. Je trouve ça dur de, tout à coup, me poser toutes les questions que j’ai pas pris le temps de me poser pendant 12 mois : « Ça valais-tu la peine? Comment je l’ai vécue, moi, cette année-là? Mon couple, ma famille, ça va comment? Qu’est-ce que j’ai envie de faire, là? Est-ce que j’ai fait la bonne affaire/pris les bonnes décisions? Qu’est-ce je pourrais faire de différent la prochaine fois? » et l’etcétéra. Pis c’est un peu parce que j’anticipais ça qu’on a décidé de …

Laisser son enfant seul dans l’auto et etc.

La semaine dernière, je suis tombée sur ce (très) long et (très, très) bon texte The day I left my son in the car de Kim Brooks, une écrivaine américaine qui, vous l’aurez deviné, a un jour laissé son enfant seul dans l’auto. Âge de l’enfant : Quatre ans Lieu : Stationnement de centre commercial Chaleur : Modérée Portes : Barrées Fenêtres : Un peu ouvertes Activité de l’enfant : Gosse sur un iPad Durée de l’incartade : 10 minutes État du fils au retour de la mère : Parfait   Résultat légal : Brooks a été dénoncée à la police par un passant, a subi un procès, a été reconnue coupable et condamnée à faire 100 heures de travaux communautaires et de consulter un travailleur social. Vous avez le portrait d’la patente. Toutefois, son article ne parle pas que de « ça », mais bien de toute la réflexion que ç’a engendré chez elle. Les zones grises y sont dominantes : elle ne crie pas à l’injustice, ne se confond pas en excuses, fait un retour sur l’histoire, s’appuie sur des propos d’experts concernant la peur parentale …