Être parent, Corps, Maternité
117 commentaires

Tout ça pour un bout de spandex

Après avoir eu mon fils, mon corps n’est jamais redevenu comme avant.

Avant, j’avais pas de hanches, pas de seins, pas de fesses, alouette. Après Henri, j’avais toute ça… et, ceci expliquant cela, y’a un 10 livres de mon « poids de grossesse » que je n’ai pas perdu.

Malgré ça, quand Henri a eu 15 mois et qu’on se préparait pour une semaine de repos au Mexique, je me suis achetée un bikini, pis je me trouvais ben « correcte » dedans. J’apprenais à vivre avec des formes, pis j’assumais, je pense. En tout cas, j’essayais.

Mexique 2012

Mexique 2012

Ensuite, je suis devenue enceinte de Martha. J’ai pris du poids rapidement. J’en ai reperdu après avoir accouché, mais ç’a été long. J’ai fait beaucoup de vergetures. Y a aussi la cicatrice de la césarienne. Juste y penser, je me sens faiblir. La regarder, ça me donne un haut le coeur.

Au final, un autre 10 livres qui part pas. Et comme il est additionné à « l’autre » 10 livres… J’ai aujourd’hui 30 ans et 20 livres de plus que lorsque j’ai appris à 25 ans que j’étais enceinte de mon 1er bébé. #Mathématiques101

Maintenant, c’est Martha qui a 15 mois, et ça fait 15 mois que je me trouve moche, que je me dis que je devrais perdre du poids et que « hahahaha les maillots deux pièces c’est pu pour moi pis f*ck that » sur un ton funné, wannabe détaché. Que je me dis tout ça à moi, aux autres, pis à mon chum. Beaucoup, à mon chum.

J’ai pas de maillot, tant pis.

En juin, en faisant ma valise la veille de notre départ pour nos petites vacances dans le Maine, j’ai réalisé que je n’avais pas de maillot. Sauf.

Ben oui, sauf le bikini que j’avais acheté quand Henri avait 15 mois. Asti.

Je l’ai « enfilé ». J’ai eu les yeux plein d’eau : il ne me faisait plus. Je suis donc partie avec des shorts de course et un chandail de surf, et ce fut mon kit de plage.

Maine 2014

Maine 2014

Même si.

Le 1er juillet, j’ai vu que Mimi Hammer (compagnie de maillots québécoise) offrait 40 % de rabais toute la journée sur leur boutique en ligne.

Ça faisait des mois que j’allais zyeuter leurs superbes maillots deux pièces mix & match, mais que je n’achetais rien, parce que t’sé.

Même si leur modèle « taille extra haute » pourrait affiner le bourrelet qui s’est formé sur mes hanches. Même si le « taille haute » pourrait cacher mes vergetures. Même si.

Je m’étais dit que « ça », c’était pu pour moi. « Hey, chose, je suis une MÈRE, c’est pas siiii important se montrer la bedaine, quand même! Wô! »

Sauf que là, en me promenant sur le site (soldé, ha!), je me suis dit que c’était « peut-être » niaiseux de ma part de m’empêcher d’aller me baigner avec mes enfants. Qu’en fait, c’est MOI que je priverais de beaux moments.

Faque, accompagnée de ma bulle au cerveau, j’ai acheté ce bas de maillot (celui à taille haute… avec des chats dessus!) et ce haut de maillot. Au moins, sur le coup, j’avais l’excuse du c’était-en-solde-j’ai-pas-pu-résister.

Réception du colis.

J’ai reçu le fameux bikini deux jours plus tard. J’étais vraiment nerveuse en ouvrant le paquet. Je l’ai essayé… pis, surprise, je me suis trouvée belle dedans.

Le chum.

Mon chum est venu me voir pendant que je m’observais dans le miroir, et j’ai juste réussi à lui dire ça : « J’suis dure avec moi, hein ? » Il est devenu tout ému : à la longue, ça doit être vraiment tof d’entendre la personne que t’aimes dire sans arrêt qu’elle se trouve laide et poche.

« Oui », qu’il a dit.

Il y a, à ce moment précis, quelque chose qui s’est réparé dedans-mon-moi.

J’ai le corps d’une fille qui a eu deux enfants… pis ça peut QUAND MÊME être beau?!?! Y’avait de la ponctuation interrogative et exclamative qui dansaient autour de moi.

On s’entend.

Je suis loin de ressembler aux filles dans les magazines, mais j’ai l’air d’une fille en santé, qui a trouvé LE bon modèle de maillot pour elle (qui lui fait bien, qui est de la bonne grandeur) et qui va pouvoir s’amuser dans l’eau avec ses enfants, pis ça, je trouve ça vraiment fun.

Et, dans les faits, qui m’impose des standards de beauté? Personne. Pas mon chum, pas mes enfants, pas mes amies, certainement pas les autres mères à la piscine du coin. Tout ce beau monde-là se fout éperdument que je n’aie plus l’air de l’adolescente que j’étais dans un bikini, y’a que moi qui se mettait de la pression.

Tout ça pour ça.

C’est juste un bout de spandex. C’est juste un (vraiment beau) maillot. Mais c’est plus que ça. Ça représente les deuils que je croyais devoir faire en devenant une mère, mais que finalement j’étais ben la seule à essayer de m’imposer.

Je n’ai pas à me dénigrer. Je n’ai pas à détester mon corps parce qu’il y a deux autres humains qui l’ont traversé changé. Je n’ai pas à renoncer à être une femme.

Ha! « Être une femme », je n’ai jamais dit ça avant aujourd’hui. J’ai toujours dit que j’étais une « fille » tou.jours.

Ben, ça prenait peut-être ça : trente-ans-pis-deux-enfants pour assumer le fait que j’étais une femme. Une femme qui a le droit, si elle veut, de porter un maillot deux pièces. Pis c’est toute.

 

Publicités

117 commentaires

  1. Pingback: Joies, défis, voeux et regards en arrière | Maman a un plan

  2. Ce texte tombe bien, je l’avais déjà lu en plus, alors la RELECTURE de ce texte tombe bien. J’ai 32 ans et j’ai eu deux enfants en deux ans (parce que les défis j’aime ça et moi Math 101 c’est pas mon fort ; ) Pis en ce moment ce corps post-partum de 4 mois, je ne l’aime pas. Je ne le connais pas. Mon chum adore mes formes plus rondes, il me trouve sensuelle, etc, mais moi, ipelaïe que j’ai de la misère. Ce weekend on a décidé d’aller glisser avec les p’tits puis mes pantalons de neige ne me faisait plus du tout, j’ai pilé sur mon égo et j’ai mis ceux de mon chum. Bien sûr ça me faisait parfaitement. Ça fait mal à l’égo, j’ai eu la larme à l’oeil deux minutes puis après Clémentine bondissait partout vraiment trop excitée d’aller glisser avec sa mère un peu molle, pis maudit, c’est ça qui compte. C’est tough, c’est un apprentissage, etc. Puis voilà, cette relecture est bien tombée. xo

    • Oh! Cristie qu’on peut toutes se comprendre dans ce grand paradoxe… merci, mon corps, de m’avoir permis de faire ces enfants-là, je t’aime! Mais en même temps…
      Bref, merci de ton mot, c’est le fun de voir que ce billet est encore pertinent…parce que le corps, c’est pas juste en été su’l’bord de la piscine qu’il peut nous poser des complexes, hein?
      xox

  3. julie dit

    Merci merci merci. Moi, après ma fille qui a 21 mois. Je n’ai toujours pas réussi à aimer ce nouveau corps. Un jour, un jour…

  4. Ben moi la première fois que je t’ai vue, j’ai pas cru que t’avais deux enfants !!! Je t’ai trouvé belle, et fine et intelligente. ;)

  5. Isabelle dit

    Odile, vraiment, je regarde ta photo de bikini de femme comme tu dis et tu es fantastique. Ton billet me fait du bien parce que la fille que je vois en bobette et soutien-gorge dans mon miroir, je ne la reconnais pas. Après deux grossesses, une hystérectomie précédée d’une ménopause provoquée pour faciliter l’opération et 25 livres de plus en un peu plus d’un an et demi à cause des hormones tout croches, je suis bien découragée de l’image que mon miroir me renvoie. C’est certain qu’il n’y aura pas de bikini cette année mais un beau one piece un peu rétro qui me fait sentir belle malgré tout et me permet de faire la « bombe » dans la piscine au grand plaisir de mes deux grenouilles. :-) J’aime beaucoup te lire. Tu me fais sourire à tout coup.

  6. Magalie dit

    Moi j ai fait un acte courageux bien malgré moi après la naissance de Blanche ma petite deuxième. Elle devait avoir deux mois. Je suis la genre de maman qui avait quarantes livres qui s accrochaient. On est allé en camping, j avais pas de maillot de ronde et vraiment pas le goût d ,en acheter. Alors j ai mis mon bikini, bien serré avec les bourrelets pis toute. J avais le goût d aller jouer dans l,eau avec mon grand. Ben une dame a dit a mon chum que j étais courageuse de me montrer en bikini après avoir accouché. Qu,elle n’aurait jamais fait ca avec le ventre de Meme. Genre de commentaire qui donne le goût de se cacher ou d,allaiter sur le bord de la piscine pour en rajouter. Devinez ce que j ai fait ;)

  7. Pingback: La bravoure | Maman a un plan

  8. Pingback: Aimer son corps, chose si contradictoire | Boucle Magazine

  9. Pingback: Mimi pour mini | Maman a un plan

  10. Aliascharlie dit

    Je viens d’entendre Simon Boulerice citer Van Gogh à « Y’a du monde à messe » qui disait : « Trouve beau tout ce que tu peux. » Ça peut être beau la musique jazz et la musique pop, beau une pièce chargée et une pièce épurée, un corps avant une/des grossesses pis un corps après une/des grossesses. Pis j’ai eu envie de revenir ici pour lire ce texte. Merci encore pour le texte ! Du gros love à toutes =D

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s