Mois: décembre 2014

Joies, défis, voeux et regards en arrière

Trente-et-un décembre. Fin d’année. Le temps de regarder en arrière. Juste quelques secondes. Pour réfléchir, contempler ou se dire : « Aoutch, j’espère ça va mieux aller l’an prochain ». C’est selon. Les petits plus Dans les dernières semaines, j’ai beaucoup réfléchi aux défis et aux joies que j’ai vécus en 2014. Dans la colonne « plus » (t’sé, les autocollants qu’on se donne à soi-même), il y a, entre autres, mon mariage (et que dire des belles photos de Valérie Poulin qui me remplissent de bonheur chaque fois que je les regarde) et quelques billets que j’ai publiés ici. Une dizaine, à peu près, dont je suis vraiment fière, pour toutes sortes de raison. J’ai décidé de vous présenter les cinq qui sont en top de liste. Top comme dans : « les cinq qui ont été les plus lus dans les dix que moi j’affectionne particulièrement ». Regards en arrière Sans surprise aucune, c’est Tout ça pour un bout de spandex qui est tout en haut. Celui-là, il est un peu dans une catégorie à part, comme dans : « y’a …

La magie de Noël – Une histoire de centre d’achat

Je m’en confesse, j’adore Noël. J’adore les décorations, j’adore Ciné-Cadeau, j’adore notre lutin taquin, j’adore manger de la dinde -toujours plus svp-, j’adore les pyjamas de Noël, etc.   Mais. Je n’aime pas vraiment les pères Noël de centre d’achat (en privé, je dis même que je les haïs, mais là, je suis en public, faque j’va m’garder une p’tite gêne.) Voici mon histoire en quatre chapitres, héhé! LA MAGIE DU CENTRE COMMERCIAL [cue : sons de grelots] L’histoire se déroule sur quatre temps des Fêtes consécutifs. [re-cue : sons de grelots] Premier chapitre : 2011 – La consternation C’était le premier Noël d’Henri. On était aux Promenades Saint-Bruno, un matin de semaine. Il n’y avait presque personne, la file d’attente n’était que de quelques minutes. Malgré cette chance du débutant, ce qui devait arriver arriva, Henri s’est mis à pleurer une fois assis sur le père Noël. J’ai demandé à mon chum pourquoi les gens faisaient la file des heures de temps avec des manteaux d’hiver sur le dos pour vivre « ça » et je …