Être parent, Noël, Parentalité, Réflexions
9 commentaires

La magie de Noël – Une histoire de centre d’achat

Je m’en confesse, j’adore Noël. J’adore les décorations, j’adore Ciné-Cadeau, j’adore notre lutin taquin, j’adore manger de la dinde -toujours plus svp-, j’adore les pyjamas de Noël, etc.

 

Mais. Je n’aime pas vraiment les pères Noël de centre d’achat (en privé, je dis même que je les haïs, mais là, je suis en public, faque j’va m’garder une p’tite gêne.) Voici mon histoire en quatre chapitres, héhé!

LA MAGIE DU CENTRE COMMERCIAL

[cue : sons de grelots]

L’histoire se déroule sur quatre temps des Fêtes consécutifs.

[re-cue : sons de grelots]

Premier chapitre : 2011 – La consternation

C’était le premier Noël d’Henri. On était aux Promenades Saint-Bruno, un matin de semaine. Il n’y avait presque personne, la file d’attente n’était que de quelques minutes. Malgré cette chance du débutant, ce qui devait arriver arriva, Henri s’est mis à pleurer une fois assis sur le père Noël.

J’ai demandé à mon chum pourquoi les gens faisaient la file des heures de temps avec des manteaux d’hiver sur le dos pour vivre « ça » et je lui ai annoncé qu’on ne m’y reprendrait plus. Whô!

Jean-Philippe, toujours plus raisonnable que moi, m’a répondu : « Odile, des fois, quand t’es parent, tu passes par-dessus ce que t’aimes pas pour faire plaisir à ton enfant. » Moi : « Mouin. » C’est le genre de réponse que je lui sers quand je sais qu’il a raison.

Henri a peur du père Noël

Deuxième chapitre : 2012 – L’inconfort

Même centre d’achat, mais un week-end. J’ai une chose à dire sur l’attente : aoutch.

Fait important à noter, j’étais alors enceinte de Martha et j’aurais tué pour qu’on me débarrasse de mon manteau trop chaud, mais j’ai fait comme mon chum et j’ai enduré pour mon fils. Fils qui semblait d’ailleurs quand même de bonne humeur et content d’être là, yé!

Une fois que ç’a été notre tour, Henri avait zéro le goût de voir le père Noël. Classique.

Henri déteste le père Noël

Troisième chapitre : 2013 – L’échec

J’ai refusé.

J’ai dit à mon chum qu’il pouvait y aller si ça lui tentait… ce qu’il a fait. Donc, pendant que je promenais Martha dans sa poussette au Carrefour Laval, il s’est mis en ligne avec Henri. Semble-t-il que notre fils était super excité dans la file, qu’il essayait de dire bonjour au père Noël… jusqu’à ce que ce soit son tour. Il n’a tout simplement pas voulu s’en approcher. J’ai UN PEU ri quand Jean-Philippe m’a raconté le tout.

On n’a pas de photo.

Quatrième chapitre : 2014 – La réconciliation

Cette année, sur le chemin d’une matinée de visite du père Noël au Complexe Desjardins, j’étais PLUS que sceptique. Mais bon, magie de Noël oblige, on est allés… et, surprise, ç’a été formidable!

Il faut dire qu’Henri va avoir quatre ans en janvier, qu’il connaît et comprend dorénavant l’histoire du père Noël et que, loin d’en avoir peur, il l’idolâtre.

C’était cute comme ça se peut pas : il lui a fait des câlins, lui a jasé ça, a pris PLUSIEURS photos avec le barbu avec plaisir. Vraiment, ça m’a réconciliée avec les pères Noël de centre d’achat (et, entre vous et moi, c’est de loin le plus gentil de ceux que j’ai rencontrés dans ma vie!)

Il ne voulait juste plus le quitter. Cette photo, c'est les adieux.

Il ne voulait juste plus le quitter. Cette photo, c’est les adieux.

Conclusion

Je me dis qu’on a « peut-être » juste essayé trop tôt. C’était nous, les parents, qui voulions que notre fils rencontre le père Noël, ça ne venait pas de lui. Et, ça, c’est ce qui a fait toute la différence cette année : il en avait VRAIMENT envie!

Malgré tout…

On est très certainement nonos, mais devant tant de magie entre Henri et son ami venant du pôle Nord, on s’est dit : « Oh! Martha va embarquer, c’est certain. Elle va vouloir faire comme son grand frère! » HAHAHA, non. Pas pantoute.

On réessayera dans deux-trois ans ;)

9 commentaires

  1. Geneviève dit

    Ça me rassure! Je me trouvais un peu poche de pas y aller, moi, dans le centre d’achat! Léo, dans une file, c’est une torture! J’ai finalement opté pour voir le monsieur de loin, dans le cadre d’un petit déjeuner avec le père Noël chez Ogylvie. Trop occupé à manger un croissant, mon fils de 2 ans a pas eu le temps d’avoir peur. Il l’a regardé de loin et lui a crié qu’il voulait un tchou tchou et un gâteau pour noël, avant de prendre mon croissant. Pas de pleure, mais pas de photo!

  2. Claudia dit

    C’est cette année que mon Ben a demandé pour la première fois d’aller voir le Père Noël (il a eu 5 ans le mois dernier). Comme toi je ne voulais pas y aller, faire la file et tout, bof. Puisque ça venait de lui j’étais plus que partante. Quelques minutes dans la file et hop c’est notre tour. Mon grand en premier et ma belle Ruby (2ans le mois dernier) qui n’est pas loin derrière. Un succès pour tous les 2. Tout le monde est souriant, j’arrive à prendre quelques photos. Avant de quitter, le Père Noël me dit:  » C’est ma première Ruby et j’ai eu une Love tantôt et moi ma petite fille s’appelle Louve ». Pendant cette courte discussion le Père Noël a oublié qui il était. Par chance mon Benjamin n’a rien entendu puisqu’il était trop occupé à adorer son nouveau toutou qu’il venait de recevoir!

  3. marie-pierrot dit

    Je trouve que les gens sont un peu intense par rapport au père Noël… Personnellement, je trouve ça un peu ridicule de voir des parents qui insistent pour que leur enfant aille s’asseoir sur un gros personnage rouge et barbu quand ils en ont peur….. C’est supposé être un moment magique et non traumatisant! J’ai même déjà vu une mère chicaner sa fille de avant tout le monde parce qu’elle refusait d’y aller… :(

  4. Maudits pères Noel de centres d’achats…
    On y est allés l’an dernier (premier Noel de bb) et ma fille a capoté (en mal) une fois assise sur les genoux du père Noel.
    Cette année, elle capote (en bien) sur le père Noel depuis début décembre car elle en voit partout dans ses livres, a la tv, etc. Elle était même super enthousiaste en allant le rencontrer… jusqu’à ce qu’elle se retrouve nez à nez avec lui. Je l’ai rarement vue aussi paniquée. Elle s’est mise à hurler « nooooon » en pleurant à chaudes larmes. On est évidemment parties.
    Mais le plus triste, c’est que c’est arrivé il y a trois jours et depuis ce temps, elle parle dans son sommeil et dit « non », et s’est réveillée quelques fois en pleurant. Mon chum dit que je suis folle, mais j’ai l’impression qu’on l’a traumatisée!!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s