Mois: avril 2015

La force des filles

Lettre à ma fille. Martha, tu vas voir, la vie, les gens, les magazines, les commentaires auront tôt fait de te dire tout ce que tu devrais être : douce, belle, gentille, empathique, réfléchie, posée, généreuse, maternelle. Et tout ça, tu pourras l’être si tu veux, si tu l’es. Mais, ma fille, sache tu n’es pas que mignonne. Sois dégourdie, curieuse, confiante : la vie t’appartient, tu peux en faire ce que tu en veux. Ne te laisse pas emprisonner, dans ton corps, et dans les attentes que les autres auront envers celui-ci. Ton corps est, et sera, une machine. Il te permettra d’entendre, de voir, d’essayer, de goûter, de fêter, de courir, de grimper, d’embrasser, et tout ça, c’est extraordinaire. Bien au-delà des photos où tu es jolie-adorable et où tu fais fondre les cœurs, les photos que je regarde le plus souvent sont celles où tu fixes l’objectif et envoies promener tout le monde, celles où la force exulte de ton regard et où tu sembles n’avoir peur de rien. Ce sont ces photos qui …

Êtes-vous une mère de qualité?

Sur l’échelle de la performance maternelle, vous scorez combien? De un à dix, mettons. Ah ouin? Et qu’est-ce qui vous fait perdre des points? Vous criez, des fois? Vous ne cuisinez pas des repas santé tout le temps, tout le temps? La propreté des bacs à jouets de vos enfants est douteuse? Vous croulez sous les piles de linges sales et/ou à plier (laquelle est laquelle déjà, hein?) ? Vous travaillez? Gageons que si vous avez répondu oui à la dernière question et qu’en plus vous le faites à temps plein et à l’extérieur de la maison pendant que vos enfants sont à la garderie ou à l’école primaire, vous jugez encore plus durement votre compétence maternelle. En termes clairs : vous ressentez de la culpabilité. Parce que nous sommes toutes d’accord là-dessus : nos enfants ont vraiment besoin de nous pendant cette période de leur vie et que si nous ne sommes pas là, nous sommes des mères de moins grande qualité, pas vrai? Vous savez quoi ? Nous avons tort. Statistiquement tort. C’est maintenant …