Mois: septembre 2015

Jasons prénoms!

Pour le fun, là. Comment avez-vous choisi le prénom de votre bébé? Ceux qui me lisent depuis un bout le savent, j’ai comme une passion pour ce sujet, ha! Ça fait deux ans que j’écris un billet sur le blogue à la seconde où je prends connaissance de la nouvelle liste des prénoms les plus populaires du Québec publiée sur le site de la RRQ. J’aime aussi tous ces petits livres de pharmacie dans lesquels on trouve des suggestions de prénoms ET LEUR SIGNIFICATION! Je sais pas le nombre de fois où Jean-Philippe et moi sommes allés en lire des petits bouts à la caisse de la pharmacie qu’il y avait pas loin de chez nous quand j’étais enceinte d’Henri. Mais si nous voulons faire une recherche plus « approfondie » (et sans avoir peur de se faire faire des gros yeux par la caissière), il y a certains sites plus connus comme celui de Maman pour la vie qui offre une pas pire base de données. La liste de prénoms de filles et de garçons peut …

Le bébé lion

Une amie m’a envoyé ce texte sur ce qu’elle a traversé en devenant maman. En le lisant, j’ai su qu’il fallait que je le publie ici. Parce que je sais qu’un trop grand nombre de femmes souffrent de ce mal, l’anxiété, et que, souvent, elles le font en silence et dans la honte. Mon amie désire conserver l’anonymat et je la respecte. Je comprends que prendre la parole publiquement est difficile, et que toutes les femmes n’ont pas envie de voir leur histoire devenir publique. Par contre, en tant que société, nous ne pouvons plus nous taire : la dépression, les troubles anxieux, les idées suicidaires, ça peut toucher tout le monde, même les mères. Non, les hormones ou le bonheur d’avoir enfanté ne nous « protègent » pas. Et, au bout du compte, plus nous en parlerons, plus nous donnerons du fil à retordre à la honte. Mon lion Il y a tout un processus qui précède la visite chez ton médecin quand tu lui annonces, à bout de souffle : « J’en peux plus, je suis au bout du rouleau.» On n’arrive pas à une …

Quand la table de cuisine devient pupitre

Depuis que mon grand a commencé l’école, il y a trois ans, je ne veux qu’une chose pour lui : qu’il apprenne à bien travailler. Évidemment, je ne m’attendais pas à ce que la maternelle demande beaucoup de travail à la maison. Cependant, j’espérais qu’il rapporte plus de devoirs et de leçons durant les deux dernières années. Je sais, les parents de mon entourage se plaignent plutôt du contraire. Mais, je désire vraiment qu’il apprenne à s’organiser dans le travail. Et que de faire des efforts, c’est gratifiant. J’aimerais qu’il ne se contente pas des succès qu’il obtient sans trop se forcer. Bref, qu’il ne fasse pas comme sa mère! Mais, le travail demandé n’était toujours pas à la hauteur de mes attentes. Oh, mais pas cette année! Coco est en troisième année, dans une classe multiâge, en troisquat’. Le niveau de travail à faire à la maison augmente, principalement les leçons. Les verbes, les homophones, les opérations mathématiques et la flûte à bec font partie de ses rendez-vous quotidiens. L’enseignante demande que les élèves étudient quatre …

Le prince charmant avait un fils

Du plus loin que je me souvienne, dans mes livres de princesse, non seulement Prince-charmant-sur-son-cheval-blanc n’arrivait pas en package avec Petit-prince-sur-son-poney, mais en plus la belle-mère était carrément désagréable (et moche, mais ça c’est un autre problème). Heureusement, parmi les choses que la vie m’a apprises, il y a notamment le fait que rien ne se passe jamais comme prévu. Lorsque Époux et moi sommes tombés amoureux l’un de l’autre, je savais qu’il avait un fils. J’ai donc plongé dans notre histoire en toute connaissance de cause. Ou du moins c’est ce que je pensais. Parce qu’en réalité, on ne peut absolument pas se douter du tourbillon qui nous attend tant qu’on ne s’est pas lancé dans l’aventure à coeur perdu. Si je résume : pas-encore-époux et moi tombons en amour, on se fréquente, il parle de moi à son fils, je rencontre officiellement futur-beau-fils, on s’apprivoise, il m’appelle pour la première fois sa belle-mère (ce qui équivaut à vieillir de 25 ans en une minute) et puis finalement, quelques mois plus tard, on s’installe …

« C’est quand notre mariage? »

« C’est quand notre mariage? ». Micro-silence. Un ange passe. Mon cœur cesse de battre une nano-seconde. Je me ressaisis. As-tu dis « notre » mariage? Pour vrai là? Toi, le petit frisé de même pas 10 ans. Toi que j’ai dû apprivoiser. Toi qui m’a laissée entrer dans ta vie tout en me surveillant du coin de l’œil. Toi qui a dû accepter qu’une autre que ta maman dorme avec ton papa. Toi qui a tant pleuré la séparation de tes parents. Toi qui rêves si fort que ta famille n’ai jamais explosé. Toi qui ris jaune quand quelqu’un te demande si je suis ta maman. Toi là,  tu t’étais approprié notre mariage à ton père et moi, au point qu’il était aussi devenu le tien ? Tu ne le sais pas, et je crois bien que je ne te l’avouerai pas de si tôt, mais ce soir là, j’ai recommencé à respirer un peu mieux. En se passant la bague au doigt, c’est exactement ça qu’on voulait : se dire qu’on s’aimait, mais aussi et surtout, te dire à toi …

Le Maine, prise 4 : nos incontournables

J’arrive pas à y croire. J’ai réussi à passer au travers de mon été sans fin, celui que je n’attendais jamais aussi chargé pour mon chum et moi. On ne veut pas se plaindre le ventre plein, c’est vraiment un beau problème que d’avoir trop de boulot quand on est pigiste. Mais. C’était plus que temps que je décroche, que j’aille recharger mes batteries, pis que je vive d’autres choses. Vraiment. Des vacances en famille. Nous sommes d’abord partis tous les quatre pour une semaine dans le Maine. Ceux qui me lisent depuis un petit bout sont très au courant : j’ai le Maine tatoué sur le cœur. Nous y allons chaque été depuis qu’Henri est né et nous logeons toujours à Wells. Je trouve Wells parfaitement placé géographiquement et c’est moins cher qu’à Ogunquit #yeah Le Maine Diner. À notre arrivée, nous sommes allés manger au Maine Diner, un classique. Cette fois-ci, j’ai essayé la soupe aux fruits de mer en entrée. Erreur. J’aurais dû la prendre en version repas! La meilleure que j’ai …

Un sac utile pour la rentrée

Ma fille a commencé la maternelle cette semaine. Traitez-moi d’insensible, mais je n’ai eu aucun pincement au cœur de savoir que mon « bébé » débutait l’école. Je la sentais tellement prête, confiante, et excitée, que je ne pouvais que me réjouir de cette nouvelle étape pour elle. Il faut dire que ce n’est pas ma première fois non plus. Coco, lui, débute la troisième année! Bien que mon cœur refuse la fin de l’été, tout comme Brigitte, ma tête est en mode full rentrée. La semaine dernière, je regardais les listes d’effets scolaires sur le frigo et j’ai inspecté ce qui peut être récupéré de l’an dernier… Ma fille avait quand même besoin d’un nouveau sac pour l’école et je suis assez d’accord avec sa trouvaille, les dessins dessus lui ressemblent tout plein. L’inspiration. Pour ce qui est du sac d’édu (petite, dans ma banlieue de la Rive-Nord, on disait un sac d’éduc, faut croire qu’un changement de rive, ça apporte un changement de vocabulaire!), j’ai décidé de ne pas l’acheter et de le faire. Et je suis …