Être parent, Conciliation
1 commentaire

Acrobate de l’ordinaire

Je n’y suis pas arrivée. Au mois de décembre, je veux dire. J’ai l’impression de vivre le mois de novembre le plus long.

C’est que j’ai été débordée. Mère de deux enfants, pigiste acceptant presque tous les contrats qui passent, qui lance sa compagnie avec son amie, et qui met la touche finale à son premier livre.

C’était de la folie, mon automne? Oui. Mais en même temps, c’était de beaux projets, de belles opportunités.

Est-ce que je n’allais pas mettre toute la gomme pour que mon livre soit le plus beau/le meilleur qu’il puisse être? Bien sûr que non. Est-ce que je n’allais pas me donner corps et âme pour concevoir une première collection pour la boutique en ligne afin de créer la meilleure première impression possible? Évidemment que non. Serais-je capable de refuser des contrats payants pour pouvoir payer mon hypothèque? Ben. Non. Allais-je moins m’occuper de mes enfants? Moi, pis ma soloparentalité pour cause de mari qui travaille tout le temps et de pas de gardienne. Laissez-moi rire.

Les passes.

Mais il y en a des passes dans la vie où tout s’enchaîne très vite et où on doit faire le choix d’avoir de la poussière dans la maison, des cheveux un peu moins beaux que d’habitude et des repas « de base ». Parce que c’est ça, une passe : ça passe.

L’hiver s’en vient. Mon livre part en impression, la compagnie est lancée, j’ai choisi de ne prendre qu’un seul contrat « payant » en janvier… ce qui fait que ma priorité redeviendra ma famille, ma maison, mon ménage, les repas. Jusqu’à la prochaine tornade. Pis c’est ben correct!

Équilibriste, mon oeil.

Mon équilibre, je ne peux le trouver 24h sur 24. Comme vous, je manque d’heures dans ma journée. Mais quand je pense aux heures que j’ai dans ma semaine, dans un mois, et même sur des plus longues périodes, ça me rassure. J’en ai, du temps. Parfois pas assez pendant un bout, mais ça revient.

Mon équilibre, je ne le vois pas comme moi qui marche sur un fil de fer sans regarder en bas. C’est plutôt moi qui tombe, qui me relève, qui marche, qui cours, qui vacille, qui retombe peut-être. Mais si, au bout de mon année, j’ai plus souvent été debout qu’au sol, je sais que je l’ai trouvé, ce fameux équilibre.

Mon équilibre, c’est aujourd’hui. C’est vendredi. C’est le début des vacances. Méritées.

Mères-acrobates de l’ordinaire.

Profitez, profitez, profitez de tout. Emmagasinez-vous du beau et du doux dans le cortex. Prenez plein de photos. Imprimez-les. Comme ça, quand vous les regarderez tout au long de l’année qui s’en vient, vous pourrez vous rappeler que ces beaux moments parfaits, ils existent. Et quand vous vous sentirez vaciller sur votre fil de fer, vous vous rappellerez que le parfait comme le moins parfait, c’est ça qui, à la fin, forme votre équilibre.

Passez de joyeuses Fêtes. Amour. Amour. Amour.

On se revoit en 2016 xox

1 commentaire

  1. Pingback: Une 2016 à votre image | Maman a un plan

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s