Être parent
15 commentaires

J’ai demandé à mon fils si j’étais une bonne mère

Champion! Championne! Bravo! Oh t’es bon! Que t’es bonne! Je t’aime.

Ça, c’est moi qui parle à mes enfants. Je sais, je m’auto-tape sur les nerfs. Je suis juste pas capable d’arrêter. Ce n’est pas le je t’aime, le problème. C’est tout le reste, le surplus de. Mais que voulez-vous, je suis si fière d’eux qu’au moindre « déblocage », « apprentissage » ou « dépassement », je suis dans tous mes états. Je ne fais même pas semblant, je me sens vraiment comme ça. Il faudrait peut-être que j’arrive à le contrôler… Mais pas le je t’aime, non, le je t’aime, je l’arrêterai jamais.

Et moi?

C’est en réfléchissant à ça (à mon peut-être-assurément-trop-plein de rétroactions positives), pendant qu’on se collait en lisant un beau livre la semaine dernière, que ma question a poppé. J’avais envie de savoir ce qu’Henri avait à dire sur le sujet. Est-ce qu’il me trouve aussi « bonne » que moi je le trouve « bon »? Est-ce que je suis si fatigante avec mes compliments qu’il en a oublié que « les autres » aussi peuvent être « bons »? Je me demandais vraiment.

Trouves-tu que je suis une bonne maman?
Regard surpris, air de « y’a-tu une mauvaise réponse? ».
Oui.
On sourit.
Pourquoi? Qu’est-ce qui fait que tu trouves que je suis une bonne maman?
Regard gêné.
Je sais pas.
Okay, les autres mamans qui sont des bonnes mamans, qu’est-ce qui fait que ce sont de bonnes mamans?
Ben là, maman, t’es une bonne maman toi aussi!
Ha, j’avais compris Henri… mais pourquoi?
Parce que tu fais de bons gâteaux.
Pause.
Mais t’es une bonne maman surtout parce que tu nous aimes et que tu prends soin de nous.

Il a continué la conversation en me donnant plein d’exemples de trucs que je faisais pour prendre bien soin de lui. Mignon à mort, ç’a varié de « Tu me protèges » à « Tu me coupes bien les ongles ». C’était amusant, c’était touchant, c’était rassurant : j’étais une bonne maman. Puis, vrai comme chus là, il a enchaîné avec ça :

Tu prends bien soin de nous, même quand t’es pas avec nous, quand on est à la garderie.
Est-ce que tu aimerais ça que je sois toujours avec vous et que vous n’alliez plus à la garderie?
NON!
Ha, pourquoi, don’?
Parce que tu ne pourrais plus faire de sous… et que je m’ennuierais ben trop de mes amis!!!
On rit un peu.
Henri, pour vrai, penses-tu que les vraies « bonnes mamans » sont celles qui restent à la maison avec leurs enfants?
Long silence, longue réflexion. Mais j’étais prête à entendre sa réponse.
Non, je pense que toutes les mamans sont bonnes. C’est juste important de pas dire aux autres mamans « Toi, tu travailles pas, t’es pas bonne » ou que les autres mamans te disent « Toi, tu t’occupes pas de tes enfants, t’es pas bonne. »

Juste comme ça, au moment même où ces mots sortaient de sa bouche, je voyais dans les yeux de mon fils qu’il comprenait que des choix, ça ne se juge pas, et que tout le monde fait de son mieux. Que toutes les mamans font de leur mieux. Je n’ai pas souligné ma fierté avec des mots, justement, et je l’ai serré dans me bras très fort, en silence.

Et, bien plus qu’il trouve que je suis une bonne maman, ce que je vais retenir de cette conversation, c’est que j’ai mis un ben bel humain sur la terre, y’a cinq ans.

 

Avez-vous déjà demandé à votre enfant pourquoi il trouvait que vous étiez un bon parent? Je le recommande. Chaudement.

 

Crédit photo : Jean-Philippe Audet

Publicités

15 commentaires

  1. Après ton si beau texte j’ai pas pu m’empêcher de demander a mon fils de 4 ans s’il trouvait que j’étais une bonne maman.
    Quelle belle discution, jai été très émue!!
    Merci pour ton beau partage avec ce texte.
    J’ai le coeur bien au chaud :)

  2. Ah…. c’est donc ben beau!
    Mon petit loup est trop jeune pour répondre à cette question (15 mois…) mais j’ai hâte de la lui poser!
    Merci d’avoir partager ce beau moment avec nous.

  3. Bon, je pleure. Très beau texte. Échantillon vivant finement rapporté, humblement posé sur nos routes.
    Mon petit loup a vingt mois. J’ai tellement hâte de parler avec lui.

  4. Très touchant, adorable ton Henri!
    C’est fou comme les enfants comprennent beaucoup, beaucoup de chose que l’on ne soupçonne pas.
    ;)

    • Ça me surprend tout le temps. J’aurais jamais pensé qu’il était capable de « cette » réflexion. Pis après, je me dis, ben, il me surprend tout le temps anyway…je pourrais juste arrêter d’être surprise ;)

  5. Les beaux humains, ça se forge, ce cisaille, se construisent par ce qu’ils sont entourés: le bon, le bien et les autres beaux humains.

    C’est un beau cercle tout ça.

    High five à Henri, pis tous ceux qui sont dans sa vie.

  6. Camille Loiselle dit

    Beau texte chère maman… De cette façon, en plus de prendre le temps de parler avec tes enfants Odile, tu leur donnes la possibilité de le faire sans qu’ils se sentent « jugés ». Ils apprennent ainsi 2 choses importantes dans la vie : qu’ils ont droit à leurs opinions et que les autres peuvent être différents de nous et que c’est bien, aussi …. Et c’est comme ça qu’on devrait tous vivre : sans juger les autres , différents ou semblables à nous.

  7. Nadia dit

    Wôw ! Pour un enfant de 5 ans, il résonne drôlement bien. Perso, je n’ai pas encore posé cette question à mes enfants, mais c’est vrai qu’après avoir lu ton article, j’ai très envie de le faire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s