Être parent, Défis
10 commentaires

Mon plus beau défi

Ce soir on a ri, on a joué, on s’est raconté des histoires, on s’est collés.

Je baigne encore dans les effluves de tes mots doux, de tes grandes déclarations d’amour et de tes “gros gros gros câlins, gros comme ça”. Et secrètement, j’ai savouré chaque seconde de ces moments de douceur, de petits bonheurs… et de grand répit.

Enceinte, lorsque les gens me demandaient si je voulais un garçon ou une fille, je répondais systématiquement “Peu importe, je veux juste que cet enfant ait le bonheur facile.” Incroyable mais vrai, lors de ta première année tous t’appelaient Monsieur Content. Toujours souriant, d’un calme olympien, je t’emmenais partout et tu charmais n’importe qui.

La face cachée de mon fils

Puis tu as eu 11 mois. Soudainement, sans qu’on ne sache vraiment ce qui s’est passé, ton caractère s’est métamorphosé. Têtu, caractériel, hurleur – de jour comme de nuit. On ne te reconnaissait plus. On a évoqué les dents, une routine trop serré, un manque de routine, les problèmes de la garderie, le changement de garderie, une éducation pas assez stricte, une éducation trop stricte, de l’insécurité, un besoin de t’affirmer, une mauvaise gestion de tes émotions, un terrible two avancé, un terrible two intense, un terrible two prolongé…

On a lu, discuté, posé des questions. On a été jugés aussi, plus souvent que nécessaire. Chacun y va de son conseil non avisé, de son expertise bon marché et de sa psychanalyse de comptoir. On a beau savoir qu’en devenant parent on dépose notre vie sur l’autel des bien-pensants, il n’y a rien de pire que ces éternelles leçons d’éducation quand on a tout essayé.  Le flegme de ton père et son calme à toute épreuve m’ont cependant aidée à prendre le recul nécessaire. Et force est de constater que peu importe la « vraie raison » : tu auras bientôt 4 ans et tu représentes toujours un défi de taille pour tes parents.

À fleur de peau

Tu es capable des crises les plus impressionnantes. Même pas 40 livres, et tu fonces dans les portes comme un taureau, en hurlant de toutes tes forces. D’où te vient toute cette colère? Elle jaillit comme un volcan, sans prévenir, en toutes circonstances : fatigue, faim, mécontentement, stress, et la plupart du temps sans qu’on ne sache vraiment pourquoi. Avec le temps, nous avons fini par comprendre que sommeillait en toi une force de caractère incroyable, et une hypersensibilité peu commune. Tu es à fleur de peau. Et ton énergie débordante ne te permet pas encore de canaliser toutes ces émotions qui t’envahissent. Alors, tu exploses. Encore. Et encore.

C’est éprouvant, pour toi comme pour nous. C’est déroutant aussi. Alors, on t’accompagne de notre mieux, et chaque soirée, chaque moment où le plus beau de ta personnalité rejaillit, je suis fascinée d’avoir mis au monde un être aussi enthousiaste, sensible, empathique, curieux, vif et passionné. Et chanceux que nous sommes, des moments comme cela, il y en a de plus en plus. À croire que l’on commence à trouver une manière de t’apaiser et de te permettre de t’épanouir pleinement.

Une chose est sûre, tu auras le monde à portée de main, mon amour. Me reste juste à trouver le chemin pour t’y mener le plus sereinement possible.

Cette entrée a été publiée dans : Être parent, Défis

par

Gestionnaire culturelle et passionnée des arts, j'ai trouvé le moyen de mettre de la créativité dans tous les aspects de ma vie. C'est ainsi que j'innove jour après jours dans l'art de recomposer une famille. Maman de deux et belle-mère de un, je suis devenue spécialiste du compromis, de l'abnégation et de l'auto-dérision. Et rien ne me fascine plus que les imperfections de ma parfaite famille.

10 commentaires

  1. Comme je vous comprends! Fiston a un caractère bouillant, mais il peut être tellement attachant par moment. Sa créativité ne connaît pas de limites et son humour est d’une finesse peu courante chez un enfant de sept ans. L’entrée à l’école a été particulièrement éprouvante, mais deux anges ont croisé notre chemin : son enseignante et sa psychologue. Grâce aux deux, nous avons trouvé des repères, modifier des comportements et appris à nous accepter. Je vous souhaite d’être aussi bien entourée. N’hésitez pas à consulter, tout le monde devrait avoir un allié objectif dans son camp.

  2. Merci pour ce partage. Je suis en plein dedans et j’ai le même à la maison. 2 même, on dirait… Je me reconnais tellement dans ce que tu dis. J’aurais pu écrire le même texte. Je me sens moins seule tout à coup et un peu de ma culpabilité s’envole parce que je pense toujours un peu que c’est de ma faute.

    • La culpabilité, cette chose qui nous envahit à la minute même où on tombe enceinte :) Je crois que me faire confiance est la chose la plus difficile. Je suis encore souvent persuadée que c’est ma faute, que c’est moi qui ne sait pas m’y prendre. Puis souvent, je nous regarde aller, et je me dis qu’on fait tout ce qu’on peut, et qu’on lui donne tellement d’amour que ça ne pourra que bien aller. Non?

  3. Awwww :) Moi aussi j’ai un p’tit volcan chez nous! J’apprends à le prendre comme il est et j’essaye de l’aider à gérer ses émotions…

  4. Mais comment garder son calme comme parents quand la colère envahit tout !! Vers 5 ans et demi les crises ont diminuées voire ce fut la dernière…. Ça fait maintenant 7 mois… Plus rien! Caractériel oui mais positivement sans cri, pleurs, coups ou séance de tout en même temps. On croise les doigts ;-)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s