Être parent
13 commentaires

Il y a trop de jouets chez moi

Je suis souvent dépassée par l’état du royaume de mes enfants, la cave. Le sous-sol leur appartient presque en entier. Des jouets, il y en a partout : éparpillés, dépareillés.

Je suis aussi déroutée par l’état de mon salon. Leurs livres (pour lesquels je fais beaucoup d’espace dans la bibliothèque) traînent partout : pêle-mêle, abîmés.

Mais depuis environ trois semaines, la situation a atteint un paroxysme frôlant le ridicule. Mes enfants ne semblent plus savoir avec quoi jouer, ils ne savent plus quoi lire, alors ils s’amusent à lancer, frapper et détruire ce qui leur appartient.

J’ai tout essayé.

Un jouet, c’est précieux, mon amour.
La prochaine fois que tu maltraites un jouet par exprès, tu vas aller t’asseoir.
Hey, va t’asseoir!

C’était désagréable, mais gérable. Jusqu’à ce que.

L’épreuve mondiale de pitchage de livre.

Je suis assise avec eux sur le tapis du salon à lire des livres. On en lit plein, on rit, on s’amuse, c’est vraiment chouette. Puis, comme on termine le livre La Chauve-souris, Martha le prend dans ses mains, pour le regarder de plus près que je me dis, mais non. Elle le garroche de toutes ses forces à l’autre bout de la pièce. Et là, pour la première fois en quelques jours, j’ai vu clair : Y’a trop de jouets ici!

Et je suis partie en trombe dans le sous-sol sous le regard médusé de mes enfants et de leur père.

Pourtant tout le monde le dit.

Je ne sais plus combien d’articles j’ai lus (sans attention clairement) dans lesquels des spécialistes de la petite enfance expliquaient que les enfants, devant une trop grande abondance de choix, gèlent et ne voient tout simplement plus ce qui s’offre à eux. Par exemple, ils ne savent plus lequel des livres regarder quand il y en a trop, et ils n’ont pas la maturité cognitive pour faire un tel choix. Ils sont comme nous qui devenons un peu gagas devant un buffet : J’veux toute. En même temps s’il vous plait. Il faut croire que ça me prenait ça, un lancer du livre neuf, pour voir que ce concept s’appliquait aussi chez nous.

Après avoir commencé à ranger, organiser et élaguer le stuff-à-jouer mon sous-sol, je me suis calmée deux secondes et j’ai fait ce que je préfère : consulter l’internet. Au lieu de chercher des techniques de rangement et rotation de jouets (vous savez, en cacher quelques-uns pendant quelques semaines et les ressortir après), j’ai cherché un article sur la valorisation du jeu. Et ce que j’ai trouvé sur Naître et grandir a été comme un baume sur mon p’tit cœur.

Moins c’est mieux.

Je vous le résume en quelques mots : on devrait privilégier des jouets simples qui copient la réalité et qui peuvent être utilisés de différentes façons. (Donc des blocs qui peuvent devenir tour à tour une maison ou un garage seront toujours mieux qu’une maison de poupée ou un kit de garage Playmobil. Genre.) Ensuite, la variété de jouets est plus importante que la quantité. Nos enfants doivent tour à tour pouvoir bouger, inventer, imiter, danser, explorer, dessiner, crier, sauter, etc.

Voilà.

Ça confirmait que je n’étais pas dans le champ. Il y avait trop de jouets chez moi, trop de jouets complexes, trop de choix et c’est pour ça qu’on était en train de perdre la valeur du jeu… et de tout briser, finalement.

Je suis en train d’élaborer un système qui fonctionnera pour les miens, je vous reviens quand j’aurai trouvé!

Publicités
Cette entrée a été publiée dans : Être parent

par

Allô, je suis mère de deux jeunes enfants, diplômée en éducation, chroniqueuse sur la vie de famille depuis 2011 et auteure du guide "Maman a un plan pour que les enfants ne s'ennuient jamais".

13 commentaires

  1. J’adore ton article. Si parfois nos enfants ont trop de jouer c’est parce les adultes les offrent. N’est pas? Et si on leur offrait du temps disponible de qualité? :’)

  2. Julie dit

    Moins, c’est vraiment mieux! Mais même après avoir passé la journée à faire un ÉNORME tri afin de donner au suivant, je réalise qu’il y en a toujours trop. Et pourtant, nous ne leur achetons que rarement des jouets… Et cela me fait penser à la première devise de Béa Johnson qui a écrit Zéro Déchets -que j’ai vue en entrevue seulement-stipulant qu’il faille d’abord et avant tout refuser les objets si nous ne voulons pas les accumuler et finalement, avoir à s’en débarrasser. Le lien avec votre article, c’est que même si nous ne voulons pas accumuler, que ce soit pour des raisons écologiques, éthiques ou pour cultiver le sens du plaisir chez nos enfants-comme vous le mentionnez- force est d’admettre que nous acceptons certains cadeaux ou jouets pour faire plaisir non pas à nos enfants, mais à ceux qui les offrent! Une grand-mère qui habite loin, un papi qui s’ennuie… Et tandis qu’on leur rabat les oreilles avec des «t’aurait pas dû..», ils ne comprennent pas toujours que ce n’est surtout pas une question d’argent. Je me casse la tête à chaque année afin de parer le coup car mes filles sont nées dans le temps des fêtes. Les deux premières années, c’était l’orgie. Maintenant, nous privilégions les cadeaux qui disparaissent. Si vous aimez nos enfants, cessez de les gâter tant! Merci beaucoup pour cet article qui tombe à point aujourd’hui.

  3. Audrey dit

    Chez nous, c est pareil. Ça a commencer par un 100000 bris de jouet. Arghhh. Pourquoi ?!? Et c est sorti direct de la bouche de mes enfants: ben maman, on a ben trop de jouet. On joue même pas avec tout ça !
    Pas tombé dans l oreille d une sourde…
    Cette année, pour leur fête et Noël, on a combiner l’argent et repartie ça tout au long de l’année: on fait des sorties. Tsé les: maman,on aimerai ça aller à tel place. Ben on a choisi dans tout ca: pièce de théâtre, jeux interieur, théâtre de la dame de coeur,foresta lumina… ils sont bien content de leur choix … et nous aussi.

  4. Alléluia! J’attends impatiemment la suite!
    Le pire, c’est que 90% de ces jouets ne viennent même pas de nous. J’aimerais ça avoir le plaisir de leur acheter des beaux petits jouets choisis avec soin pour leur design, leur durabilité, le fun que ça va leur procurer. Mais non… on croule sous une tonne de jouets cheap pis laids! Sans compter que la plupart ne sont même pas adaptés pour leurs âges. J’m’excuse matante mais les jouets 6 ans et plus, ça dure pas chez nous. C’est pas parce que mon enfant est pas smart, c’est qu’il va le scraper ou perdre tous les morceaux en dedans de 2 jours. J’essaye d’en donner, mais je me sens mal. Mon plus vieux a juste 3 ans. Pour moi, les jouets qu’il a reçus à sa fête de 2 ans sont encore considérés comme neufs… non?! Méchant dilemme de société de surconsommation…

    • Oh tellement!
      Et je vais essayer de pas te décevoir pour la suite ;) Je me questionne vraiment. Ça serait tellement plus « simple » le statu quo, mais ça me tente pas. Je vais trouver une solution!

  5. gaellelalonde dit

    Bonjour! Je suis une québécoise vivant en Allemagne, et j’aime beaucoup votre blog! Ici, il y a un courant qu’on pourrait appeler « chambre d’enfants sans jouets ». Ça sonne un peu extrême, j’explique un peu: l’idée, c’est que les jouets (vraiment jouets, on exclut les jeux de société, livres, …) des enfants sont placés dans des boîtes hors porté et hors vue des enfants, et on les sort une fois par semaine, et les enfants se choisissent 1-3 jouets par semaine (évidemment un set de légo par exemple compte pour un et pas chaque brique!) .
    On met cette façon de faire au test depuis un mois et tout le monde adore! Je m’inquiétais un peu que les enfants s’ennuieraient, mais pas du tout!!! Et beaucoup moins de ménage pour nous.
    Et mon plus grand joue beaucoup plus avec son imagination depuis ce temps, le plus bel avantage! Il y a sûrement des articles/blogs sur le sujet ailleurs qu’en Allemagne!

  6. Laurie dit

    Ah! J’ai hâte de savoir la suite. Je me questionne de mon côté aussi cette semaine. Comment organiser/ranger/élaguer le trop plein de jouets de mes 3 enfants qui ont de 12 mois à 7 ans? Comment faire pour ne pas que les minis perles, blocs logos et autres gogosses de bricolage puissent cohabiter avec un bébé? Parce que, ces jeux-là, les plus vieux jouent pour vrai avec régulièrement, seuls ou avec moi.
    Et j’en jète, donne, cache dans le grenier régulièrement. Mon bébé va avoir son anniversaire de 1 ans dans deux semaines. Je dois faire savoir qu’on ne veut pas de jouet…

  7. bonsoir
    ma façon à moi pour faire le tri des jouets, et c’est tres dure, car les enfants adorent tout leurs jouets, c’est simple, je commence par les jouets cassés ceux qui les interressent le moins, je les mets dans un grand sachet que je cache, et avec le temps je trouve plus facile, a les donner à d’autres enfants, ou bien jetter ceux qui sont cassés,
    bon courage
    mona

  8. Le poids du trop plein … un article qui fait réfléchir comme le tiens sur le sujet.

    http://www.huffingtonpost.fr/tracy-gillett/education-enfants-extra-scolaire_b_9658158.html

    En tant que maman à la maison (et acrro de kijiji) j’étais porté à acheter régulièrement des jouets à mes enfants. Puis, est venu une passion pour les jouets en bois. Déjà d’éliminer tout ce plastique aide beaucoup, mais j’ai encore du travail à faire !! Une alternative aux multiples jouets pour amuser les enfants peut être aussi de peindre un mur avec de la peinture à craie ou de la peinture aimantée. Cela crée une station de jeu qui stimule la créativité chez l’enfant.

    Parole d’éducatrice ;)

    Caro

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s