Être parent, Défis, Maternité
23 commentaires

Je dois faire quelque chose de pas correct

Comme une rengaine. Je ne sais plus combien de fois j’ai lu/entendu cette phrase sortir de la bouche de mères autour de moi ces derniers temps. Des mères qui, je vous l’assure, sont pourtant hautement compétentes dans l’incessante tâche mentale, physique et émotionnelle que leur réalité parentale leur demande.

« C’est clair que je fais quelque chose de pas correct. »
« Je dois pas en faire assez. »
« Je manque d’expérience. »
« Je sais pas quoi faire. »

Et pourquoi, ces phrases? Pas parce que leur enfant a été une peste en public, mais parce que quelqu’un, quelque part, leur a dit que leur enfant était un ange, poli, serviable, sociable, solidaire, amical, attentionné, drôle, d’humeur égale ou quelque chose dans ce genre. Et qu’elles en sont tombées de leur chaise.

C’est quoi, il gosse personne autour? Toute la journée à la garderie, il fait pas de crise? Il mord pas les plus jeunes à la récréation? Jamais? Vous me mentez pas, un peu? Ah ben, sacrament.

Et la rengaine repart.

« Mon enfant est odieux, colérique, agressif juste avec moi, juste à la maison. C’est parce que je dois faire quelque chose de pas correct. »

Toutes dans le même bateau

Non, mes amies. Vous ne faites rien de « pas correct ».

Si votre enfant se laisse aller ainsi à la maison, c’est qu’il a totalement-pleinement confiance en vous. Il sait qu’il peut être odieux/colérique/chigneur/braillard/en perte de contrôle de ses émotions parce que vous l’aimez et l’aimerez inconditionnellement.

Il a confiance en votre amour. Vous avez su créer un lieu où il peut se déposer, où il peut laisser exploser son trop-plein.

La crise qu’il n’a pas fait à la garderie de peur de se faire mettre de côté par les amis (par désirabilité sociale), il vous la fait à vous sitôt la porte de la voiture fermée parce que c’est trop, son presto saute.

Les paroles mesquines qu’il n’a pas dites à son éducatrice quand elle lui a enlevé un jouet, il vous les dit à vous, car il n’a pas peur que vous ne l’aimiez plus, après.

La crise de larmes/la morsure sur votre plus jeune/la porte claquée, tous ces comportements, quoi que décourageants, on s’entend, ne sont que des manières de vous montrer que dans le confort de votre foyer, on peut laisser sortir son laid, son méchant… et qu’on apprend. Parce que vous êtes une des meilleures personnes pour revenir avec lui sur ses situations, après, les verbaliser, et essayer de trouver des stratégies pour qu’elles ne se reproduisent plus… trop souvent.

Faites-vous confiance. Vous aussi, parfois, vous perdez patience, et c’est normal, vous êtes humaines. Adulte, certes, mais humaines pareil. Ça se peut des fois que la crise/la colère/le bacon soit vraiment de trop à ce moment précis de votre vie/de votre journée. C’est correct. Tapez-vous pas sur la tête. On est toutes dans le même bateau.

Un bateau que nos enfants aiment, sur lequel ils s’amusent, se laissent aller et dans lequel on les prépare à affronter toutes les tempêtes.

Vous êtes ben correctes, mes amies.

23 commentaires

  1. Audrey dit

    Ouf, avec un petit de 2 ans ça fait du bien de lire ça.
    Ça fait tellement de sens, mais je ne l’avait pas encore vu sous cet angle.
    Je continue de me dire que tout passe ;) même les crises interminables faut croire

  2. Dominique dit

    Un beau texte réconfortant. Merci.
    Moi par contre quand on me dit que mes enfants ont été des anges, je me donne une tape dans le dos et me dis que je fais bien ma job de mère. Chez nous ils peuvent être les pires enfants du monde, c’est mes enfants donc j’interviens mais chez les autres, la politesse est de mise.

  3. Patricia dit

    Merci mille fois! Avec trois enfants, trois beaux garçons très énergiques, de 3 ans et moins, on se pose souvent les questions à saveur coupable!!!! Ça fait du bien de se faire rappeller qu’on n’est pas seule dans la même galère. Bonne journée les mamans de ce monde 😘👏!!!

  4. Véronique Dupont dit

    Je vous aime. J’ai les larmes aux yeux! Maudite culpabilité :) Merci de nous enlever une petite lourdeur avec vos mots. Véro xx

  5. Catherine dit

    Magnifique!!! Je suis éducatrice en CPE et c’est exactement le message que je dis aux parents, wow, moi qui voulait justement écrire un texte à ce sujet drôle de hasard! Bravo c’est très bien écrit et ça touche un sujet tellement important! Je sens que je vais visiter votre site souvent! Merci pour ce partage!

  6. Valerie dit

    C’est si bien dit. Par contre, qu’est-ce qu’on fait qand notre enfant se transforme instantanément en petit monstre dès que la visite met le pied dans notre maison?

  7. melanie dit

    C’est totalement vrai. mon garcon de 8 ans se fait intimider et il ne réagit jamais quand ca lui arrive il reste calme mais quand il rentre a la maison c’est moi et ses freres et sœurs qui voit et subit sa colère. Suite a des rencontres avec un organisme, c’est exactement ce qu’ils m’ont dit. mon garcon sort ses émotions a la maison suite a une agression. il ne fera jamais une crise si il y a quelqu’un a la maison ou ailleurs car il a peur du jugement et il a peur de se défendre au risque d’aggraver ou de faire mal. c’est dur sur le moral et au cœur de la maman que je suis. sur 4 enfants c’est le seul qui fait ca et ca me fait tellement mal de ne pouvoir rien y faire meme si j’ai tout essayer parler aux parents des autres enfants, a la direction de l’école et changemet d’école et ca continue pareil a minute qu’il sort de la maison. mais avant qu’il fasse de grosse crise mon garcon avait commencer a faire des migraine abdominale car il gardait tout par en dans. maintenant on travaille a controler ses émotions et comment les dires sans trop d’agressivité. mais oui moi aussi je pensais que c’était moi le problème.

  8. Melanie Constantineau dit

    Très beau texte qui me soulage en quelques sortes… Y’a-t-il par contre des trucs pour nous aider la-dedans. Ma fille a 9 ans et est très colérique à la maison, elle exprime sa méchanceté sur sa jeune soeur de 5 ans et ce depuis plusieurs années. Ailleurs, elle est l’enfant exemplaire…Grrrrr

    Merci

  9. Sérieusement … C’est la première fois qu’on me l’explique ainsi… Ça fait teeeeeeeeellement de bien.!! Bravo et merci.. 😊

  10. Tanya dit

    Je croyais au début en lisant le texte, qu’on était pour me dire ce que je faisais de pas correct avec mon fils de 3 ans. Ou lala j’en est eue les larmes aux yeux de savoir que finalement c’est parce qu’il est sur que je l’aime inconditionnellement et qui ce sens en confiance avec moi. Sérieusement ce texte m’a redonné le sourire et confiance en tant que maman. Merci ;)

  11. Julie dit

    Très belle façon d’expliquer que nos enfants se sentent aimés d’une façon inconditionnelle avec leurs parents ! Par contre, je crois fermement qu’il ne suffit pas seulement de comprendre le pourquoi de ces comportements souvent inacceptable… Il est essentiel d’être ferme sur ce qui est acceptable ou non. C’est avec nous qu’ils apprennent à respecter des limites claires. Je travaille tous les jours avec des enfants qui ne connaissent pas les limites et si les parents savaient à quel point leurs enfants en souffrent lorsqu’ils commencent l’école… ils en seraient très triste. Dire non n’est pas toujours facile, surtout de nos jours ! …mais le plus beau cadeau que chacun de vous ferez à vos enfants est certainement de les comprendre ET de leur imposer des limites claires afin qu’ils sachent qu’un adulte veille sur eux. L’enfant qui est constamment à la recherche de limites et qui semble chercher à se faire gronder est malheureusement souvent incompris… il n’a pas la maturité émotionnelle de vous le dire, mais le cris d’alarme qu’il lance veut dire ceci : Maman, papa, je cherche des limites claires et constantes. En étant constant et encadrant, c’est comme si vous vous engagiez à veiller sur sa sécurité puisque vous êtes la personne qui sait ce qui est bien pour lui. Il se sentira en sécurité et important pour vous. À partir du moment où un enfant a compris ceci, vous aurez grandement contribué à lui faciliter la vie et lui permettres de bien grandir :o) Ne jugez pas trop rapidement les enfants qui semblent être : « Pas du monde » ! Soyez triste pour eux, puisqu’ils n’ont probablement pas la chance de trouver les limites qu’ils cherchent tant…

  12. Karine dit

    Merci, les larmes aux yeux , ça fait du bien de se le faire dire et est ce parei pour nos ados?

  13. Louise dit

    J’avais tellement besoin de ce texte ! Merci de me faire comprendre que je suis la chanseuse à qui mon fils garde ses explosions — seulement et toujours juste à moi –. Il ne fait rien de cela chez son père. Après la lecture de votre texte; je comprends tellement tout du comportement de mon fils ;) Merci !

  14. Pingback: On-jase.com | Trouble d’apprentissage – la dysphasie – TDAH

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s