Partenariat
4 commentaires

5 trucs pour mieux gérer le p’tit linge

Comment prendre soin des vêtements de ses enfants

Il y a six ans, quand j’ai appris que j’étais enceinte, j’ai senti un nouveau besoin pressant : celui d’acheter du p’tit linge pour mon futur-bébé-même-pas-nommé-Henri-encore.

Quand j’ai été enceinte de 12 semaines, je lui ai acheté un p’tit pyj.
À mon shower, j’ai reçu plein de vêtements que j’ai eu DU PLAISIR à laver et à plier.
Et quand il est né OMG, je l’aurais couvert de tous les plus beaux habits du monde.

Quand j’ai appris que j’étais enceinte de Marta, deux ans plus tard, ai-je besoin de vous dire que l’envie m’a repris, rien que sur un temps?

Je voulais tout.

Mais je savais très bien que tout cela n’était pas très éthique. Mes enfants n’avaient pas besoin d’autant de vêtements.

Aujourd’hui, ils sont « grands » et j’ai encore parfois de la difficulté à me contrôler… mais je me suis vraiment améliorée. Et je pense que mes choix et actions sont pas mal plus près de mes valeurs de consommation. (Lesdites valeurs pourtant pas mal plus faciles à respecter quand on ne me présente pas de tout-ti-linge-tout-cute sous le nez!)

Voici cinq trucs que je mets en œuvre pour vêtir mes enfants de manière plus responsable.

1er truc : Acheter seconde main

J’ai découvert les friperies à l’adolescence pour ensuite les reléguer complètement aux oubliettes de ma mémoire au début de ma vie d’adulte. Quand je suis entrée dans une friperie trouvée par hasard alors qu’Henri était bébé, j’ai eu un déclic. Je pouvais acheter là en me sentant beaucoup moins coupable de le faire : je récupérais!

2e truc : Faire du troc

On m’a donné des boites complètes de vêtements pour mes enfants depuis leur naissance et je fais de même. Une voisine a un enfant avec de grands pieds? Elle me refile les souliers qui ne font plus pour Henri, alors que moi, je lui donne des jupes trop petites pour Martha pour sa nouvelle bébé-fille qui les portera avec joie plus tard. Souvent, on fait les échanges au-dessus d’un bon café. Gagnant-gagnant.

3e truc : Prendre soin des vêtements qu’on a 

Comme je n’ai pas de talent de couture, de patchage ou de reprisage, je demande l’aide de mon beau-père pour accomplir ces tâches. Je me sens bien moins mal de consommer des vêtements si je sais que mes enfants pourront les porter et les user solidement… et que c’est seulement la taille devenue trop petite qui fera qu’ils ne les porteront plus un jour.

4e truc : Utiliser des produits sains pour les entretenir

Je m’efforce d’utiliser des produits sains, biodégradables et recyclables, comme le détersif La Parisienne, pour laver les vêtements de mes enfants. En plus, comme ces produits sont fabriqués à Montréal, je réduis mon empreinte écologique. Boum.

5e truc : Acheter local

C’est une priorité pour moi. C’est un peu plus cher (pas toujours), mais la qualité y est et je contribue à faire rouler notre économie. #onelovepourlachatlocal

Évidemment, ce sont de petits gestes, mais qui peuvent faire une différence, je crois. Quels sont vos trucs pour être plus éthique dans la garde-robe de vos enfants?

 

Ce billet vous est présenté par La Parisienne.

LaParisienne_Ensoleille_240x240

Cette entrée a été publiée dans : Partenariat
Avec les tags : , ,

par

Allô, je suis mère de deux jeunes enfants, diplômée en éducation, chroniqueuse sur la vie de famille depuis 2011 et auteure du guide "Maman a un plan pour que les enfants ne s'ennuient jamais".

4 commentaires

    • Allô Joëlle,
      J’espère que tu vas bien.
      Je veux simplement rectifier les faits, parce que c’est faux ce que tu avances.
      Ça fait deux ans qu’il y a des billets commandités sur ce blogue, c’est une des 3 seules façons qui existent de pouvoir monétiser notre travail… et de rembourser les frais encourus par la tenue d’un tel site.
      Comme une émission de télévision a des segments « présenté par », comme les journaux vivent grâce à leur modèle de publicité, comme les émissions de radio offrent de la pub ET du contenu promotionnel à l’intérieur même de leurs émissions.
      Bref, c’était mon devoir de le rectifier.
      Sans rancune et j’espère que tu continueras à nous lire et à participer aux nombreux tirages que nous organisons, grâce, entre autres, à nos billets commandités.
      Au plaisir,
      Odile

  1. T’as un don… Je n’arrive pas à y croire : tu arrives à me faire lire des billets commandités! Chaque fois que j’en vois un, je me dis, « Ok, je le lis, juste pour voir si je vais l’aimer… ». Pis chaque fois, je les aime! Et je tiens à dire que j’apprécie énormément que ce soit indiqué que le billet est commandité dès le départ, contrairement à d’autres qui ne l’indiquent pas du tout, alors que c’est clairement une commande… Chez Maman a un plan, vous faites ça vraiment dans les règles de l’art! J’en reviens pas encore : j’aime des billets commandités! Odile, tu fais de la magie!

    • T’es fine! Mais en même temps, je ne vois pas pourquoi on devrait avoir en horreur les billets commandités. Ce ne sont pas des infopubs, pas ici en tout cas ;) On ne trouvera jamais rien ici qui est contre nos valeurs :)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s