Mois: septembre 2016

MAP au travail : Caroline Dostie

Caroline Dostie, vous la connaissez un tout petit peu si vous avez suivi nos péripéties estivales, c’était elle, notre photographe! Par contre, ce que vous ne connaissez pas du tout de cette femme extraordinaire, c’est qu’elle est comme à peu près 90 % d’entre nous et que l’arrivée de son premier enfant, Sophie, maintenant âgée de cinq ans, l’a beaucoup confrontée quant à sa carrière et qu’après l’arrivée de son deuxième enfant, Laurence, trois ans, elle a fait un 180 et changé complètement de métier. On avait donc vraiment envie de faire son portrait de mère-travailleuse-inspirante, car elle est à la fois un exemple de détermination, mais aussi de douceur. Vous allez le voir seulement par la manière dont elle a répondu à nos questions! Avant d’avoir des enfants, comment imaginais-tu ta vie de mère au travail? En fait, j’avais beaucoup de difficulté à m’imaginer maman avec le métier que j’exerçais avant la naissance de Sophie. Premièrement, nous étions en Ontario, à Toronto (trop loin de ma famille), et je travaillais en gestion hôtelière et …

Condamnées à la culpabilité, non merci!

La culpabilité, c’est une émotion tout à fait normale que l’on ressent quand on fait quelque chose de mal, de pas gentil, de pas bien, voire, de criminel. Alors, s’il y a une chose qu’on est fatiguées d’entendre, de lire et de voir autour de nous, c’est que les mères se sentent coupables de travailler. Parce que, est-ce que c’est si mal que ça, aller travailler? Non. Donc, comment diable ce terme a-t-il pu faire son chemin comme cela dans l’inconscient collectif pour qu’on l’associe si souvent à la réalité des mères qui travaillent? Ça n’a pas de bon sens que tant de femmes se tapent sur la tête alors qu’elles ne font rien de mal. La culpabilité de camouflage Avez-vous remarqué que, nous, les mères, sommes des professionnelles du camouflage? Cacher une tache de ketchup sur notre chemise? Facile. Masquer une nuit sans sommeil? Pfff, y’a rien là avec un bon cache-cernes. Dissimuler une douzaine de livres post-grossesse? Allô, la gaine. Parce que, hey, qu’est-ce que les gens vont penser de nous si on …

MAP au travail : Natacha Castonguay

Natacha Castonguay ne le sait peut-être même pas, mais elle est une véritable inspiration pour un grand nombre de femmes. C’est qu’elle est une artisane de grand talent, qu’elle est mère de quatre enfant (Léonard, Olive, Mica et Némo, âgés entre un an et quinze ans), qu’elle choisit son bonheur en faisant fi des jugements extérieurs et que, tout ça, ça impressionne. On n’a donc pas pu résister, et on l’a supplié de répondre à nos questions pour qu’on puisse faire son portrait pour notre série #MAPautravail. On s’est dit que, comme nous, vous auriez sûrement envie d’en apprendre un peu plus sur cette femme fascinante. Elle répond donc ici à nos questions avec une authenticité sans pareille. Mais, honnêtement, on ne s’attendait pas à moins de cette #femmedecoeur Comment décrirais-tu ton travail? Je suis maman à temps plein et « artisane » : je vends des tricots et des tissages en ligne, sur Etsy. J’enseigne aussi le tissage créatif de temps en temps. Quel type de service de garde utilises-tu? Je suis la «gardienne» des mes …

« Pourquoi je travaille », un aide-mémoire

Quand on a des journées un peu moins faciles dans nos vies de mères qui travaillent, on a parfois besoin de se rappeler : « Mais pourquoi qu’on fait ça don’? » Voici la liste que nous avons chacune d’épinglée sur notre frigo pour nous rappeler pourquoi on aime travailler! La liste à Odile Ça me permet de réaliser des projets un peu fous que je rêvais de faire. J’aime l’indépendance que ça m’apporte, financièrement et intellectuellement. Je donne un bon exemple à mes enfants, celui d’une femme qui choisit sa voie. Ça m’aide à calmer mon anxiété monétaire. Héritée de ma mère qui l’avait elle-même héritée de son père. #liensdusangjusquedanslesangoisses Quand j’ai des meetings, ça me donne des bonnes raisons de me mettre cute. J’en n’ai pas tant, faque c’est cool. J’ai l’impression d’être utile, surtout quand j’écris des textes dans lesquels des gens se reconnaissent. J’aime ça rencontrer des gens talentueux, je les trouve inspirants. Ça me permet de travailler tous les jours avec une de mes meilleures amies. Je sais que si un jour …

MAP au travail : Marie-Josée Gauvin

Chez Maman a un plan, on adore Marie-Josée Gauvin! La talentueuse animatrice radio ne cesse de nous impressionner. C’est bien simple, son énergie, sa créativité, son look (juste wow) et comment son amour de son travail au CKOI 96,9 transparaît, ça nous inspire! On s’est donc dit qu’il n’y avait qu’elle pour commencer notre série de portrait sur des mères-travailleuses-inspirantes. Ici, elle répond à nos questions et en profite pour partager avec nous sa passion pour l’animation, ses meilleurs trucs de conciliation, son amour pour sa puce de presque deux ans, Joséphine (on a eu les larmes aux yeux), et l’identité de sa working-mom modèle. Attention, c’est du béton! Qu’aimes-tu le plus de ton travail? J’écoute de la musique, en jasant de sujets qui m’intéressent, avec une proximité immédiate de mon auditoire. C’est vraiment cool. Après la naissance de Joséphine, as-tu pris un congé parental? Oui et j’ai recommencé à travailler lorsque Joséphine n’avait pas tout à fait trois mois. Un peu à cause du milieu dans lequel je suis, quoique mon patron ne m’a jamais mis de pression. …

Travailler à la maison : mythes et réalité

Dans mon ancienne vie, avant d’avoir des enfants, je veux dire, j’étais enseignante au secondaire. Une petite voix en moi me disait bien que je n’étais pas à la bonne place au bon moment. Mais surtout, avec le travail et l’horaire atypique de mon conjoint, je ne voyais pas comment je ferais pour continuer à travailler à temps plein en dehors de la maison, m’occuper de mes deux enfants de deux ans et moins et garder ma santé mentale. J’ai remis ma démission. Les quatre années qui ont suivi ont été faites de travail à la pige : à la maison pour quelques mois, en entreprises pour quelques mois, et ainsi de suite. Chaque fin de contrat à l’extérieur était pour moi un soulagement. Même si quelque semaines (ou plusieurs selon la durée du mandat) de paye steady après lesquelles j’avais pas à courir étaient vraiment chouettes pour mes états financiers, tout le reste (transport, contacts avec des gens incompétents et/ou désagréables, devoir jouer des games politiques, etc.) tout me repoussait à revenir travailler dans le …