Conciliation, Portraits
2 commentaires

MAP au travail : Marie-Josée Gauvin

Chez Maman a un plan, on adore Marie-Josée Gauvin!

La talentueuse animatrice radio ne cesse de nous impressionner. C’est bien simple, son énergie, sa créativité, son look (juste wow) et comment son amour de son travail au CKOI 96,9 transparaît, ça nous inspire! On s’est donc dit qu’il n’y avait qu’elle pour commencer notre série de portrait sur des mères-travailleuses-inspirantes.

Ici, elle répond à nos questions et en profite pour partager avec nous sa passion pour l’animation, ses meilleurs trucs de conciliation, son amour pour sa puce de presque deux ans, Joséphine (on a eu les larmes aux yeux), et l’identité de sa working-mom modèle. Attention, c’est du béton!

Qu’aimes-tu le plus de ton travail?

J’écoute de la musique, en jasant de sujets qui m’intéressent, avec une proximité immédiate de mon auditoire. C’est vraiment cool.

Après la naissance de Joséphine, as-tu pris un congé parental?

Oui et j’ai recommencé à travailler lorsque Joséphine n’avait pas tout à fait trois mois. Un peu à cause du milieu dans lequel je suis, quoique mon patron ne m’a jamais mis de pression. C’était ma décision. En fait, notre décision, puisque mon homme est resté à la maison avec bébé.

Comment cela a-t-il été perçu autour de toi?

J’ai eu droit à des jugements par moment et trouvais ça totalement ridicule. Je n’envoyais pas ma fille avec une inconnue dans le fin fond de l’Antarctique, je la laissais au chaud, à la maison, avec son père. C’est quoi le problème?

Y a-t-il eu des moments où tu as trouvé ça plus difficile de travailler depuis que tu es mère?

Je dois avouer que je n’ai pas trouvé difficile de retourner travailler alors que Joséphine était bébé. Je ne me sentais pas coupable, car j’ai le sentiment de m’accomplir à mon travail en tant que MOI. Et si le MOI va bien, la mère en sera automatiquement bonifiée. L’équilibre, c’est la clé.

Par contre, j’ai trouvé difficile de retourner à la radio après notre mois en famille sur la Côte-Ouest alors qu’elle avait un an. C’est là que je le voulais, mon congé! J’ai constaté à quel point elle avait évolué pendant ce mois, comment on connectait et communiquait, comment on s’amusait ensemble. Je ne voulais rien manquer de ces moments-là.

En même temps, on s’est rendu compte qu’elle nous trouvait parfois boring 24/24. Elle était siiiiii contente de retrouver ses amis à la garderie! Au retour, il y a juste moi qui a eu de la peine dans le fond!

Quel type de service de garde fréquente-t-elle maintenant?

Un milieu familial. Son éducatrice, Lola, est une bénédiction dans notre vie. Ma fille ne manque jamais de bras et s’épanouit tellement! Ça me fascine de voir les apprentissages qu’elle fait chaque jour et de l’entendre parler en anglais. En plus, Lola accepte de s’ajuster à nos horaires.

Peux-tu nous décrire une journée typique de ta vie de maman travailleuse?

La journée débute avec de mélodieux « Maman… Maman… » de la chambre d’à côté. Je vais enlever la barrière du lit et bébé fille vient nous rejoindre dans le lit pour notre séance de paresse.

Chaque matin, j’en reviens pas à quel point on est chanceux de ne pas être rushés. Les bonhommes dans le dos du matin, notre cinéma au lit, notre « gossage » sur les nouveaux filtres Snapchat, ce sont mes moments pref’ de la journée.

On déjeune relax, on joue, on s’habille et on se rend à vélo à la garderie vers 9h. Je reviens ramasser un peu, essayer de faire le souper pour le soir et à mon tour de me rendre au travail en vélo.

Quels sont les trucs de conciliation travail-famille que tu peux nous partager?

1- Le porte-bébé!
J’ai souvent animé avec Joséphine sur moi. On l’entendait par-ci par-là et ça me faisait plaisir de l’avoir avec moi. Mes patrons ont été super là-dessus. Elle faisait des siestes dans le bureau du boss, le directeur musical lui donnait la bouteille, ils se chicanaient pour changer sa couche. Un bébé, ce n’est pas une bombe atomique.
2- La CONFIANCE.
Une fois que tu as pris une décision, go for it. On ne peut pas tout contrôler, on ne peut pas être à mille endroits en même temps. SI je suis au travail, je me donne à 110 %. Une fois à la maison, je suis entière pour ma fille.

Au quotidien, comment partages-tu les tâches avec ton conjoint?

Yannick et moi, on s’ajuste au fur et à mesure puisque nous avons tous les deux des horaires atypiques. On s’envoie beaucoup de textos et on s’arrange pour toujours avoir de la sauce à spaghetti. D’ailleurs, la recette de sauce à spag’ végé de Cuisine Futée est géniale!

Quel est ton « uniforme » de working mom?

Même si je fais de la radio et que personne ne me voit, j’ai besoin d’être « arrangée ». Un peu maquillée, habillée comme je le feel ce matin-là.

C’est peut-être totalement superficiel, mais ça m’aide à divertir les gens quand je suis en contrôle de mon image, même si on ne me voit pas. On dirait que ça s’entend dans mon ton. Peut-être que pour assumer mes propos et mes idées, j’ai le besoin d’assumer mon look #psychopopdedépanneur
Les journées où je me sens triste, et Dieu sait qu’il y en a eu beaucoup, je vais peut-être mettre un rouge à lèvres. Je me dis qu’avec la couleur de ma bouche, mes collègues ne verront pas la tristesse de mes yeux que je préfère cacher.

Qu’est-ce que tu mets dans tes lunchs?

Les restes de la veille!

À quel endroit te sens-tu le plus « sur ton X »?

Je crois avoir plusieurs X!
Par contre, le moment où je me sens le plus en paix et sereine est certainement avec Joséphine. Je ne compte plus les fois où je peux avoir les yeux dans l’eau de bonheur. Elle me touche tellement cette petite. Elle n’est que Lumière. Mon cocon familial est tout ce dont j’ai de besoin. Mon bonheur, il rentre dans un lit double. Pas besoin de plus. Je suis chanceuse, j’y touche longtemps à chaque matin.

As-tu une working mom modèle?

CEL’!!!!!!!!!!!! Je parle de Céline Dion, of course. Je lui ai même dit cet été. J’ai pu la rencontrer pis je l’ai un peu échappé. Je lui ai tout dit : que c’était à cause d’elle que j’avais continué à tirer mon lait parce qu’on avait le même tire-lait, qu’elle m’avait donné le guts de retourner au boulot même si Joe n’était qu’un bébé (si elle avait été capable avec les jumeaux, j’allais l’être aussi) et que quand ça allait mal, je me faisais des Célinothérapie. Elle m’a trouvé cool je pense!

Quelle devise représente ta vie de mère qui travaille?

« Have fun. » Aussi simple que ça. Après tout, c’est juste la vie. Arrange-toi pour en ressortir avec le plus de beau. Le beau que tu as choisi.

Merci mille fois pour ta générosité, MJ! Et, en passant, tu nous inspires autant que Céline t’inspire. And that’s the way it is!

D’autres portraits seront en ligne sous peu, d’ici là, suivez le hashtag #MAPautravail sur Instagram!

Crédit photo à la une : Yannick Cuerrier

Publicités

2 commentaires

  1. vicky gauvin dit

    On ne peut qu’être wow …. Avec elles …. Etre sœur de MJ oú marraine je Joséphine… Quand je lis ce qu’elle vous livre …. J’me demande si ce n’est pas elle qui est chargée de nous remettre ds le apprécie….

  2. Méman!!! dit

    Du Bonheur à plein….en petit format dans tout!!!Du grand Marie-Joe tout simplement !!!
    I like it!!!❤️

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s