Mois: mars 2017

C’est la faute à qui?

C’est peut-être la faute à l’hiver. En ce moment je vois mes amies, des femmes que j’admire, tomber une à une. C’est peut-être la faute à tous les virus qui attaquent leur famille sans relâche. Mes amies, je les vois, les sais, épuisées. Repoussées dans leur dernier retranchement. C’est peut-être la faute au climat social, aux réseaux sociaux, aux nouvelles ou au juste trop de mitaines perdues. Je sais pu. Mais ce que je sais, c’est qu’il faut arrêter de s’oublier pour les autres. Alors, je leur ai écrit ceci. De l’importance du self-care. Nous sommes fatiguées et étourdies par le tourbillon du «je-dois-être-là-partout-et pour-tout-le-monde». Nous nous sentons même coupables de cet épuisement, car, après tout, c’est ce qu’on attend des femmes, des caregiver, des donneuses de soins, que de s’oublier pour les autres. Et parfois, on se sent vidées émotionnellement et physiquement : « Comment je peux aider mes enfants/mes proches si je n’ai plus de réserves? » On compare souvent le self-care à la bienveillance, mais ce n’est pas seulement être bon avec soi que de …