Réflexions
4 commentaires

C’est la faute à qui?

C’est peut-être la faute à l’hiver.

En ce moment je vois mes amies, des femmes que j’admire, tomber une à une.

C’est peut-être la faute à tous les virus qui attaquent leur famille sans relâche.

Mes amies, je les vois, les sais, épuisées. Repoussées dans leur dernier retranchement.

C’est peut-être la faute au climat social, aux réseaux sociaux, aux nouvelles ou au juste trop de mitaines perdues. Je sais pu.

Mais ce que je sais, c’est qu’il faut arrêter de s’oublier pour les autres. Alors, je leur ai écrit ceci.

De l’importance du self-care.

Nous sommes fatiguées et étourdies par le tourbillon du «je-dois-être-là-partout-et pour-tout-le-monde». Nous nous sentons même coupables de cet épuisement, car, après tout, c’est ce qu’on attend des femmes, des caregiver, des donneuses de soins, que de s’oublier pour les autres. Et parfois, on se sent vidées émotionnellement et physiquement : « Comment je peux aider mes enfants/mes proches si je n’ai plus de réserves? »

On compare souvent le self-care à la bienveillance, mais ce n’est pas seulement être bon avec soi que de se faire de la place. Et il va bien au-delà du doux, ce doux que j’aime tellement, pourtant. Mais voilà, on juge et questionne tant les femmes qui se placent en haut de leur liste de priorités que le self-care, dans notre société, est devenu un acte radical : c’est extrême de se donner une place qu’on ne croit pas sienne.

Aujourd’hui, je me demande : Qui s’occupe de vous, les filles?

Si vous ne pouvez compter que sur vous-même, occupez-vous de vous comme si «je» était un autre. Vous savez, cet autre que vous aimez gros en criss? Ces autres pour qui vous êtes prêtes à tout lâcher quand ils feelent pas? Vous la méritez autant que l’autre, votre attention, votre care.

Prendrez-vous le temps de vous prendre dans vos bras? En tout cas, y’a les miens qui sont grands ouverts si vous voulez jaser dans les commentaires. Pis si vous cherchez, vous allez peut-être ben en trouver des pas numériques, des en chair. xx

Publicités
Cette entrée a été publiée dans : Réflexions
Avec les tags :

par

Allô, je suis mère de deux jeunes enfants, diplômée en éducation, chroniqueuse sur la vie de famille depuis 2011 et auteure du guide "Maman a un plan pour que les enfants ne s'ennuient jamais".

4 commentaires

  1. Sarah dit

    Voilà justement ma réflexion de la journée

    Le problème avec l’équilibre familial et personnel, c’est qu’il est si vite déséquilibré par un événement troublant ou les fameuses maladies des enfants.

    En attendant que ça passe et de retrouver la zenitude du moine, je me suis proposée de donner au malade ce qu’il avait besoin : une bonne dose de rien à faire. J’aime bien l’idée que ce ne soit plus de super vacances d’être malade pour les enfants, mais bien un temps pour tout mettre sur pause. Parce qu’en fin de journée ils jouaient à s’habiller pour aller à la garderie…

    • Odile Archambault dit

      Le fameux équilibre. On peut pas toujours l’atteindre, faut juste pas trop souvent se retrouver à terre su’l derrière ;)
      Et, oui, vive les petites pauses!

  2. Alex Charlie dit

    Après avoir lu The Mommy Myth de Susan Douglas, j’ai réalisé à quel point, via la société et les médias, j’avais intégré des croyances qui sont néfastes pour moi dans mon nouveau statut de mère. En tête de liste, la croyance que « c’est dangereux de faire passer mes besoins avant ceux de mes enfants ». Il y a évidemment des cas où tout le monde s’entend pour dire que les besoins de l’enfant devraient être prioritaires, mais dans beaucoup de situations, il n’y a pas de mal à se choisir. Je vous parle du livre, et je me dis que je devrais le relire pour enregistrer le message encore plus fort ;-)

    Et Odile, excellente suggestion de s’occuper de soi comme d’un autre. Ça change l’angle =D Merci beaucoup pour l’ensemble du blogue !

    • Odile Archambault dit

      Évidemment, ils sont petits et ont besoin de nous! Et ils auront besoin de nous toute leur vie, hein?
      Mais je suis en train de me rendre compte que, par exemple, les faire garder une soirée pour aller voir un spectacle, ben c’est pas gave…en fait c’est vraiment bon pour moi. Je ne m’oublie pas, je prends soin de moi, et c’est toute la famille qui en profite, finalement :)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s