Map sur la route, Voyage
2 commentaires

Découvrir l’Italie en famille

En juillet, j’ai eu l’immense bonheur de passer deux semaines en Italie, un pays qui me faisait rêver depuis des années.

En plus, j’ai pu vivre ce moment que j’attendais tant avec les personnes que j’aime le plus au monde : mes délicieux enfants et mon formidable mari. Sérieusement, il n’y a pas une journée passée là-bas où je ne me suis pas pincée en me demandant si je rêvais éveillée.

Réviser ses attentes

On partait avec des attentes très réalistes de parents d’enfants âgés de quatre et six ans : on n’aurait pas le temps de tout voir ce qu’on voudrait voir, on devrait rentrer se coucher plus tôt que si on était juste en couple, il faudrait traîner plus de valises, etc. Faire des compromis, quoi. On s’attendait même à ce qu’il y ait des petits pépins en cours de route. Et on était ben correct avec ça.

C’est peut-être à cause de cette attitude, mais surtout parce qu’il n’y en a finalement pas eu, de pépins (quelle chance, quand même!), que ce voyage a finalement dépassé toutes nos attentes… et qu’on a un peu de difficulté à revenir sur terre depuis notre retour au Québec. Vraiment, mettre enfin les pieds en Italie et voir les yeux de nos enfants qui brillaient autant que les nôtres devant tout ce qu’on découvrait… je ne pense pas qu’on va s’en remettre, sérieux.

Voyager avec des enfants

Certains pays ont la réputation de bien se visiter avec des enfants et l’Italie en fait partie. Je suis maintenant capable de vous le confirmer : les gens sont accueillants avec les enfants et sont même prêts à faire beaucoup pour vous accommoder avec la marmaille. Partout, on voulait nous aider, on donnait des petites attentions, des surprises, des cadeaux aux enfants. Mais de tous les villages et villes que nous avons visités, c’est vraiment Rome qui gagne la palme du child-friendly : des fontaines partout où les enfants peuvent faire de petites pauses pour boire, se lancer de l’eau dans la face ou juste laver leurs mains couvertes de gelato.

Les rues de Rome auraient été plutôt difficiles à naviguer avec une poussette pas-tout-terrain. De toute façon, comme mes enfants sont grands, je n’en avais pas traîné, mais j’ai quand même vu beaucoup de jeunes familles avec des poussettes… mais encore plus de bébés en portage!

Allora

Bon, les vraies affaires : manger en Italie, c’est-tu vraiment si incroyable que ça? OUI, OUI, OUI!

Oui. C’est au-delà de toutes choses possibles. La gelato quotidienne ou biquotidienne est obligatoire, les pâtes sont exquises, les pizzas hors de ce monde, mais aussi les salades, les viandes… et que dire des cafés?!? Ils sont bons partout, que vous soyez dans un petit café, dans un grand resto ou dans un dépanneur. C’était un paradis. En tout cas le mien.

Je vous ai d’ailleurs préparé une liste de mes top-recos-bon-manger-italien, vous pourrez la trouver à la fin de ce texte ;)

Notre itinéraire

Après avoir atterri à Rome, nous nous sommes rendus directement à la chambre que nous avions louée chez Rooms in Rome qui est installé dans une magnifique bâtisse près du Vatican. Tout le charme romain attendu y était : édifice en pierres, monte-charge en fer forgé, etc. La chambre comme telle était moderne, l’air climatisé efficace (et nécessaire à Rome en juillet, croyez-moi) et la salle de bain aussi belle et propre qu’à la maison. Nous y avons passé trois nuits et en avons profité pour visiter cette ville magnifique. Je suis tombée en amour avec Rome, j’avais l’impression de me promener dans un musée à ciel ouvert.

Tout est impressionnant à Rome (fontaine de Trévi, Panthéon, etc.) mais le Colisée nous a particulièrement émerveillés.

On a trop bien mangé partout… mais ça c’est une photo de la terrasse où on a mangé le meilleur repas de tout le voyage!

Qui pense que maman devrait prendre du champagne avec son dîner?

Nous avons ensuite loué une voiture et mis le cap vers la côte Amalfitaine. Après environ deux heures de route, on était bien énervé de passer à côté du Vésuve. Plus on approchait, plus on trouvait ça bizarre, ce mur de fumée vers lequel on roulait. Ben non, le volcan n’était pas en éruption, c’était plutôt des dizaines de feux de forêt qui faisaient rage sur ses flancs. Quelques heures après notre passage, ce bout d’autoroute a d’ailleurs été fermé à la circulation : on a été chanceux de passer juste à temps.

Après notre initiation aux routes en serpentins et collines des montagnes de la région (Dieu, merci, je ne conduisais pas), nous sommes arrivés à l’appartement que nous avions loué à Furore. Jamais.de.ma.vie. je n’avais eu une telle vue sur la mer. J’ai pleuré pour vrai en arrivant, je n’arrivais pas à croire que j’habiterais là pendant trois jours, c’était trop de beauté. J’ai serré les enfants fort et remercié une fois de plus mon chum d’avoir déniché cette petite perle.

Boire un apréol spritz avec cette vue, c’était pas plate.

Nous avons passé une journée à Minori, puis une à Amalfi d’où nous avons pris le bateau pour Positano.

Je n’ai pas de mots pour vous dire à quel point ces villes sont magnifiques. La plus touristique, Positano, a un charme indéniable et il suffit de marcher un tout petit peu en hauteur dans la ville pour se sauver des trop grandes foules.

Martha et Henri avaient les plus beaux maillots du monde pour se baigner dans la Méditerranée! Merci à la boutique en ligne montréalaise LouWolf pour ces cadeaux  (ou comme dirait Martha : GRRRRRR!)

Nous avons repris la voiture et avons ensuite roulé pendant sept heures pour aller rejoindre la campagne italienne! Nous avions réservé un appartement sur une ferme d’olives et de fruits dans la ville de Morona. Le site était à couper le souffle, nos hôtes nous ont fait à manger : on était trop bien.

Martha demandait toujours si elle pouvait aller voir le coucher du soleil de sa chambre.

Ce chaton m’a réveillée la première nuit alors qu’il s’était faufilé jusqu’à notre chambre… et qu’il est venu ronronner sur mon oreiller. La surprise passée, on est devenu ben chum ;)

Avec les enfants, nous avons décidé de prendre ça mollo comme nous avions quand même une semaine en Toscane. Nous partions donc visiter des demi-journées et profitions de la piscine de la ferme et/ou des gelatos du village voisin par la suite. Notre seule journée de sortie complète a été pour aller à Florence (en train), mais même là, nous avons décidé de faire une exception et de nous baigner à la noirceur en revenant.

On était tout près de Pise, on n’allait pas manquer sa tour penchée, quand même!

Classique!

Florence la magnifique. C’est beau partout, c’est quasi-indécent.

À force de voir tous les touristes faire des selfies, Henri a voulu s’essayer, haha!

Un carrousel d’une infinie beauté sur une place publique florentine… pour un euro? Why not peanut?

Sur le mythique ponte Vecchio.

Nous sommes ensuite revenus à Rome et avons passé une dernière nuit dans la même chambre qu’au début de notre voyage. C’était vraiment drôle, les enfants avaient l’impression de connaître Rome comme le fond de leur poche à cause de ça, ha!

Ciao!

Il y avait tant de souvenirs qui nous attendaient tous les quatre là-bas. J’ai déjà hâte d’y retourner pour en attraper d’autres.

 


 

Si jamais ça vous intéresse de vous bookmarker ça quelque part, voici les adresses où je vous suggère de vous arrêter manger si vous voyagez à Rome ou à Florence.

Manger en Italie, un mémoire 

  • Le Settembrini : près du quartier du Vatican à Rome, une merveille avec un service hors pair et une terrasse géniale à l’avant du restaurant. Meilleure (et de loin) mozzarella di bufala de toute ma vie.
  • Le Pianostrada : plus belle terrasse, meilleur repas du voyage, des produits frais de qualité, ambiance toute simple. Je suis émue juste à y penser. Très bien situé dans le quartier historique de Rome.
  • La Gelateria del Teatro : notre gelato préférée à Rome! Situé dans un super quartier simili-hipster-historique, on s’assoit dans les marches et on déguste la gelato sauge-framboise… et on pleure de bonheur.
  • Les 4 Leoni : gros coup de coeur pour ce restaurant à Florence. Chaque bouchée était un délice, nos papilles capotaient. Juste assez loin du Ponte Vecchio pour s’éloigner des hordes de touristes!
  •  Le Vivoli : gelataria artisanale de Florence qui vaut le déplacement, la meilleure en Italie selon certains! La saveur framboise ou bien celle à la meringue sont littéralement à se gôrrocher par terre. En quoi est-elle si différente des autres? Je ne sais pas. Est-elle vraiment meilleure? Oui.

Buon appetito xx

 


 

Publicités

2 commentaires

  1. Pingback: La fois où j’ai acheté un buttkini | Maman a un plan

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s