Des nouvelles
19 commentaires

Avant de se dire au revoir

L’année 2018 commence comme s’est achevé 2017, avec les miens. Mon noyau tissé serré-serré. Mon mari, nos deux enfants et moi, tous en pyjama. Ils jouent au hockey-balle dans le sous-sol, je lis des magazines dans le salon en haut. On est bien. On récupère avant de reprendre nos activités « normales ».

J’ai fini 2017 un peu essoufflée. J’ai travaillé à temps plein sur des mandats merveilleux, j’ai rencontré des femmes que je garderai comme mentores-idoles pour longtemps. J’ai aussi écrit et lancé mon 2e livre en plus de compléter l’écriture de mon 3e livre. J’ai voyagé en Italie, un pays qui me faisait rêver d’aussi loin que je me souvienne. J’ai fêté mes 10 ans de vie commune avec mon délicieux mari. Et j’ai terminé l’année en prenant une grosse décision professionnelle qui influencera notre vie de famille.

Conséquemment, j’ai eu beaucoup moins de temps pour bloguer. De temps ou d’intérêt, la question se pose honnêtement.

Mon blogue fêtera ses 5 ans d’existence dans quelques jours. Cinq ans de réflexions, de textes, de partages, d’idées et de doux. Cinq ans où tellement de lectrices ont décidé d’embarquer dans mon désir de challenger mes idées sur la maternité, de réfléchir en nuances, toujours avec une perspective féministe. Je suis ultra reconnaissante d’avoir eu le terrain de jeu pour le faire. Et je suis très fière de l’avoir moi-même mis sur pied, cette plateforme.

Mais voilà, au cours de l’année 2017, je me suis mise à avoir peur. Une peur incroyable chaque fois que je pesais sur le bouton « publier » sur Facebook. Parce que je me suis fait ramasser comme jamais. Des attaques personnelles, mesquines et violentes. Tellement que j’ai commencé à publier mes textes sur le blogue sans aller les relayer sur Facebook. Mais comme 90% des gens qui visitent Maman a un plan ne le font que depuis Facebook, je me parlais pas mal toute seule, hein? Ça ne me dérangeait pas tant.

Puis, sur un texte hyper personnel qui n’impliquait que moi et mon désir de voir ma famille s’agrandir, est arrivé un commentaire mesquin. Ç’a été comme un électrochoc. Alors que j’avais associé Facebook à mes problèmes de gestion de commentaires, on venait m’attaquer « chez moi » sur « mon » blogue. J’étais sans mot, les yeux dans l’eau, complètement démolie. Je me suis ressaisie et j’ai décidé d’effacer la majorité des textes que j’avais écrits cet automne. Je ne pouvais laisser des commentaires d’inconnues mal intentionnées venir troubler mon quotidien à ce point. Je pensais que j’avais trouvé la solution pour retrouver ma paix d’esprit.

Puis, j’ai appris qu’une gang de filles me suivait sur Instagram pour me haïr. Qu’elles s’échangeaient mes photos en riant et en médisant sur mon cas. J’ai tranquillement laissé tomber Instagram. Et quand j’en ai parlé autour de moi, on m’a dit que « ça faisait partie de la game ». J’étais profondément en désaccord. Je ne pense pas que l’intimidation devrait pas faire partie de la game : qu’on gagne notre vie sur internet, comme certaines personnalités, ou qu’on y crée pour le plaisir, comme moi. Suite à tout cela, j’ai décidé de garder mon compte Instagram personnel, encore à ce jour un safe-space pour moi, mais j’ai supprimé celui de Maman a un plan.

Donc, me voici en janvier 2018. Mère heureuse de deux enfants en santé, épouse comblée, auteure de bientôt trois livres qui me remplissent de fierté, nouvelle employée d’une entreprise qui m’a offert le poste de mes rêves… et blogueuse depuis 5 ans.

Pour combien de temps encore? Je ne le sais pas. J’ai envie de continuer à écrire ici, vraiment. Mais je n’ai plus envie d’avoir peur.

Je laisserai peut-être tomber les réflexions personnelles où je remettais en question mes propres idées sur la maternité. Peut-être que je laisserai la parole à d’autres. Peut-être que j’écrirai un peu plus sur mes trucs et coups de cœur, qui sait. Mais j’ai envie de me laisser une dernière chance, avant de vous dire au revoir. Ce que j’ai pensé faire à maintes et maintes reprises dans les derniers mois.

Mais bon, 2018 arrive, rempli de promesses, alors je vous dis plutôt : à bientôt! Et meilleurs voeux de santé, de solidarité et de sororité xx

Publicités
Cette entrée a été publiée dans : Des nouvelles
Avec les tags : , ,

par

Allô, je suis mère de deux enfants, diplômée en éducation, chroniqueuse sur la vie de famille depuis 2011 et auteure du livre "(tout petit) Toi, le livre de ton enfance" et des guides "Maman a un plan pour que les enfants ne s'ennuient jamais" et "En famille sur la route".

19 commentaires

  1. C’est fou… Rien ne paraissait de l’extérieur… J’aimerais te dire que j’admire tout ton travail : rassembler une telle communauté sur Facebook et des gens qui attendent patiemment tes textes… Comme blogueuse, ton texte me fait grandement réfléchir… Mais j’ai vraiment envie de te dire go! Ne laisse pas un si beau travail en plan. Ce sont d’extraordinaires réalisations. Je sais que la blogosphere est compétitive, mais elle est aussi solidaire et je suis solidaire avec toi! Bravo!!

  2. geeketteathome dit

    l’intimidation ne devrai pas faire partie de la game !!! faut vraiment avoir mauvaise confiance en soi pour aller bitcher des gens derrière un écran ou être forcément mesquin… continue ton beau travail et ne te laisse pas intimider !!

    • J’ai pas envie de me laisser faire. Pantoute. Mais j’ai pas envie de me laisser tellement atteindre que ça affecte ma santé mentale non plus. Self-care, pis toute ;)
      Merci de tes encouragements, ça aide!

  3. Caroline dit

    Je suis sans mot, très attristée d’apprendre ce que tu as vécu. J’adore te suivre, j’aime le point de vue de Maman a un plan, qui me rejoint et m’inspire. Je te souhaite de t’épanouir sans trouble-fête à ton nouvel emploi en entreprise et puis si on a le bonheur de pouvoir continuer de te lire ici ou sur Facebook: Yé!

  4. beatriceolivierphotographe dit

    « L’intimidation »….
    Je l’ai vécu au travers de ma petite fille qui le vivait à son école. J’ai sorti mes griffes telle une Lionne qui protège son petit.
    Et malgré tout les messages publicitaires préventifs, j’ai fait face à un mur.
    J’ai dû me battre fortement pour obtenir justice si je puis dire.
    En avril j’ai repris mes études au Cégep.
    Incroyable!!!! L’intimidation même avec des adultes, elles mêmes mères de famille, à se délecter des moments de ma vie, triste ou heureux, c’est le pied pour elles de réduire, d’attaquer et de se moquer. Quand j’ai le dos tourner bien sur.
    Je n’ai même pas envie d’y retourner la semaine prochaine.
    Aucuns soutiens de la direction.
    Je n’aurais jamais pensé vivre ça à mon âge.
    Ma vie à été misérable les 5 dernières années, aujourd’hui, alors que j’immerge et que je reprends mon souffle, d’autres s’acharnent à me noyer.
    Je n’ai pas peur, je ne suis pas faible. Mais à 35 ans, je veux la paix, la sérénité.
    Pis je me dis que si elles font ça, c’est que leur vie à elles doivent être bien monotone.

    Garde tes forces pour ce que tu aimes et ceux que tu aimes.
    Ignore ses imbéciles qui non à rien faire de mieux que de diminuer le monde.
    Bon courage.

    Béatrice.

  5. Lucie dit

    À lire ce que tu as vécu, je comprends parfaitement tes moments de doute. Les voix perfides sont souvent celles qui sifflent le plus fort, mais silencieusement, on est assurément 100 fois plus nombreuses et nombreux à te lire et à te trouver intéressante, pertinente, intelligente dans tes angles d’approche entourant la maternité. Sincèrement solidaire!

  6. Julie-Anne dit

    Ton texte me laisse un froid dans le dos. Je connais les problèmes que les femmes ont bien souvent dans la sphère publique, harcellements, humiliations, machisme répété… Mais que toi, Odile, qui parle d’enfance et de maternité, toi qui est enjouée et sincère, toi qui ne te vante pas d’être meilleure qu’une autre et qui aborde l’écriture avec intimité et fragilité, que TOI tu sois victime de propos haineux, mesquins et imbéciles, ça me sidère. On a un grave problème. Ce ne sont pas que les hommes qui malmènent la condition féminine…
    Je ne sais quoi te dire, sinon que pour un commentaire méchant, il y a mille commentaires agréables, dans la tête des gens. Que, comme à l’école, on doit dénoncer les attaques ou les ignorer, mais ne pas les laisser nous atteindre, qu’elles ne nous fasse pas perdre confiance en nous. Facile à dire, han…
    Je te souhaite une belle année 2018, pleine de liberté, de force et de douceur.

  7. elliabelle dit

    Tu es une femme formidable! J’aime beaucoup ce que tu fais! C’est eux le problème, pas toi. Je souhaite qu’on trouve une façon de se débarasser de ces gens blessants et méchants…

  8. Magalie dit

    Voilà pourquoi je ne te retrouvais plus sur mon fil. Continuer ta réflexion me semble très sage. Je pense que tes réflexions sur la maternité sont nécessaires, tout autant que ta quiétude.
    Ta décision viendra par elle-même, comme une évidence, j’en suis convaincu.

  9. Je trouve tellement triste que des femmes ressentent le besoin de diminuer les autres pour se sentir bien elles-mêmes. Ça démontre qu’on a encore beaucoup de travail à faire comme société pour la tolérance.

    Je suis aussi triste de savoir que tu as dû subir ça, on croirait une histoire digne du secondaire! Ça prend beaucoup de courage et de force pour accepter ce qui ne nous convient plus et je te lève mon chapeau d’avoir dit non à ce que d’autres auraient pris pour de la normalité. Bon succès pour la suite et au plaisir de te relire.

  10. Patrice Saucier dit

    Odile, la haine ne fait pas partie de la « game ». Ça rime presque ! Ce que vous faîte avec Marianne, c’est géant. Ne laissez pas des « would-be » géants minuscules vous détruire.

  11. Érika dit

    Je t’ai déjà écris par le passé pour ton dire que c’est correct de montrer les « vraies » affaires et je le pense toujours. Ton blogue est intéressant, mais surtout pertinent. Je te souhaite que du bon et de l’épanouissement pour la suite, que ce soit ici ou ailleurs. Tu sauras prendre la décision qui sera la meilleure pour toi. Bon succès! :) P.S. J’ai feuilleté votre nouveau livre hier à la pharmacie : il est magnifique. Bravo!

  12. Suzanne V. Durette dit

    Malheureusement, la méchanceté fait partie de la réalité virtuelle, mais, tu fais face à l’adversité et tu sembles avoir trouvé ta solution afin de te protéger. Dommage pour nous qui aimons te lire et te suivre dans tes réflexions inspirantes…bonne continuité et Bonne Année 2018 avec les tiens!👍

  13. Bonjour Odile,
    Je suis sonnée de te lire…
    Je te souhaite que du bon pour l’année 2018.
    Je dois te dire que j’aimais beaucoup te lire.
    Vraiment…
    Geneviève :)

  14. Bravo Odile! Ne laisse pas des inconnues te faire douter de toi. 5 ans de blogue, de confidences, de temps, d’heure devant ton ordinateur (étant blogueuse I know !), et maman de jeunes enfants, on en a rien à faire de ces gens qui ne savent pas quoi faire de leur temps. Bravo pour tout. Pour avoir pris le temps de te confier. Pour avoir partager cette déception, ces craintes, mais surtout, pour avoir dénoncer cette pratique malicieuse contre toi. Que 2018 soit douce, et remplie de lumière.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s