Auteur : Brigitte Forand

Le premier jour de camp

Dimanche dernier, en revenant d’une fin de semaine de camping avec les enfants, j’avais une boule dans l’estomac.  Le genre de boule qui t’annonce que tu t’apprêtes à passer à une autre étape dans ta vie de mère : l’étape du camp de jour. Pendant que ça se pitchait des oreillers en chantant Trois p’tits chats à l’arrière de la voiture, moi, je faisais la liste mentale de choses à préparer pour que mon petit Raphaël, six ans, ne manque de rien pour sa première journée. Lunch froid, maillot, serviette, crème solaire, parapluie, gourde : il allait avoir tout ce dont il avait besoin. Mais, malgré toute ma bonne volonté, la boule était encore bien présente. La fébrilité maternelle. Oui, j’étais la mère qui, pour la première fois, allait laisser son enfant dans les mains d’un moniteur adolescent nommé Tacos. J’avais rien contre Tacos. C’est juste qu’à son âge,  j’aurais pas su quoi faire avec douze enfants de six ans, moi! Et s’il perdait mon garçon pendant la journée? Raphaël ne connait même pas notre …

Le gros bobo

Récemment, j’ai quitté mon emploi des 15 dernières années. Le seul endroit fixe dans ma vie de fou. C’est qu’on m’a offert un nouvel emploi, que j’ai envie de faire, mais quitter mes amis, ma sécurité, ma zone de confort pour me pitcher dans le vide, ça reste quand même la décision la plus difficile que j’ai eue à prendre. J’entrerai donc bientôt dans un endroit où personne ne me connait, où j’ai tout à prouver… et je ne sais pas comment je vais faire. Le bobo Mon plus gros combat dans les dernières années, en fait, de toute ma vie, a été avec mon poids. Comme si mon apparence physique définissait ma crédibilité, ma valeur. J’ai pris 40 livres depuis l’accouchement de mon deuxième enfant, il y a quatre ans, et mon linge « d’avant » est encore dans mes tiroirs. Il est là, parmi les morceaux « temporaires » (déni x1000) de ma taille actuelle que j’ai dû acheter. Des objectifs, je m’en suis donné : – Cinq livres par semaines pour les trois premières semaines (nope, ça …