Tous les articles classés dans : Défi 6 mois sans achat

Défi 6 mois sans achat : le mois où je l’ai échappé

J’ai reporté l’écriture de mon bilan du mois d’avril parce que je n’en suis pas très fière. J’ai acheté des choses. Pas mal de choses. Au début de ce quatrième mois, alors qu’il pleuvait de la slush (remember?), je suis allée à l’épicerie à pied avec Alice. Je nous croyais bien protégées par nos bottes de caoutchouc jusqu’à ce qu’elle me lance :  » Maman, mes bas sont mouillés. » Ses bottes étaient peut-être encore de la bonne taille, comme je l’avais claironné, confiante, la semaine précédente, mais j’avais complètement raté deux immenses trous aux talons. L’eau s’infiltrait et elle commençait à avoir froid. Soudain, j’ai vu les prochaines semaines défiler devant moi. Un flash : rhume, nuits difficiles, inquiétude, lyrage, congés forcés, stress, médecin, fatigue, médicaments, attente. Nononononon, que je me suis dit. Et je m’en suis un peu voulu de ne pas l’avoir vu plus tôt qu’au moment où chacun de ses pas était accompagné d’un désagréable flousssch flousssch : celui de l’eau frette qui imbibait sa semelle et ses chaussettes. J’ai pensé un quart de seconde à mon …

Défi 6 mois sans achat : cris(s)e de printemps

Ce mois-ci, j’ai essayé quelques trucs pour déjouer ma fièvre annuelle de magasinage printanier : le faux-magasinage, les réparations et le troc. J’ai fait semblant de magasiner. Sous les encouragements d’Odile, je suis allée faire un tour dans l’antre du diable (Friperie Renaissance) pour tester une stratégie qu’une lectrice m’avait partagée en février. Cela consiste à remplir son panier d’items qu’on aurait achetés, mais au lieu de passer à la caisse, on rebrousse chemin et on va tout replacer où on l’a pris. C’est une façon de jouer un tour à son cerveau. On a l’impression d’avoir bien magasiné, mais le processus est assez long pour se raisonner et déterminer si ces achats sont nécessaires. La lectrice avait statué qu’il lui fallait au moins 15 minutes de shopping pour satisfaire son envie de magasinage et que son cerveau se mette en mode « t’as pas besoin d’ça! ». Je me suis donc sacrifiée pour la science, mais avec une protection supplémentaire : je n’avais pas d’argent sur moi. AH! Je n’avais pas fait trois pas dans le magasin qu’on m’interpellait: « Hé Marianne, …

Défi 6 mois sans achat : février moins fafa

Après un mois de janvier tranquille, février m’a testée. Un peu. Juste assez pour que je réalise dans quoi je m’étais embarquée. Les brassières. Ce mois-ci, après plusieurs années de loyaux services, deux de mes trois brassières ont décidé de rendre l’âme, à quelques jours d’intervalle. Deux! 66% de mon stock de brassières! J’ai voulu me faire accroire que les déchirures leur donnaient un petit look de dentelle… Et je les ai sacrées aux vidanges. Je suis retournée aux camisoles un peu molles, un peu sport et un peu laides que je portais avant d’avoir des seins. En fait, je devrais plutôt écrire : que je portais avant d’aimer mes seins. Je ne suis pas encore prête à assumer le no bra. Mais je ne sais pas si j’assume non plus ces top hideux. J’ai encore quatre mois pour y penser. Les (estique de) mitaines. J’ai aussi eu une émotion quand Alice m’a annoncé avoir perdu ses mitaines un beau mercredi soir, alors qu’une sortie aux glissades sur tube était prévue lors de la journée pédagogique du vendredi. À 36 heures d’avis, …

Défi 6 mois sans achat: comment bien s’partir

Alors que j’écrivais « PAS GAME » en lettres aimantées sur mon frigo, jamais je n’aurais cru que mon défi susciterait autant d’intérêt… et de questions! Un mois plus tard, voici des réponses et quelques petits conseils pour partir du bon pied. D’abord, je dois préciser que mes règles n’ont pas force de loi, elles ne sont pas écrites sur des tablettes en pierre et elles ne doivent pas être récitées à la pleine lune devant un miroir avec une chandelle à la main. Autrement dit, faites-en ce que vous voulez. Adaptez-les selon ce que vous désirez retirer de ce défi et ce qui est réaliste d’accomplir dans votre situation. Pour ma part, je veux me défaire d’une drôle d’habitude de surconsommation, celle de perdre tout jugement devant des soldes et dans les friperies. Ne vous demandez pas pourquoi que je suis convaincue qu’on peut toffer jusqu’au 1er juillet sans trop de mal : j’ai rempli la maison de choses du type oh-mon-dieu-je-peux-pas-laisser-ça-là-c’est-tellement-pas-cher-regarde-combien-j’économiiiiise. Voici les questions qui m’ont été le plus souvent posées. « On peut dépenser combien avant de commencer …