Tous les articles taggés : Mère

Condamnées à la culpabilité, non merci!

La culpabilité, c’est une émotion tout à fait normale que l’on ressent quand on fait quelque chose de mal, de pas gentil, de pas bien, voire, de criminel. Alors, s’il y a une chose qu’on est fatiguées d’entendre, de lire et de voir autour de nous, c’est que les mères se sentent coupables de travailler. Parce que, est-ce que c’est si mal que ça, aller travailler? Non. Donc, comment diable ce terme a-t-il pu faire son chemin comme cela dans l’inconscient collectif pour qu’on l’associe si souvent à la réalité des mères qui travaillent? Ça n’a pas de bon sens que tant de femmes se tapent sur la tête alors qu’elles ne font rien de mal. La culpabilité de camouflage Avez-vous remarqué que, nous, les mères, sommes des professionnelles du camouflage? Cacher une tache de ketchup sur notre chemise? Facile. Masquer une nuit sans sommeil? Pfff, y’a rien là avec un bon cache-cernes. Dissimuler une douzaine de livres post-grossesse? Allô, la gaine. Parce que, hey, qu’est-ce que les gens vont penser de nous si on …

« Pourquoi je travaille », un aide-mémoire

Quand on a des journées un peu moins faciles dans nos vies de mères qui travaillent, on a parfois besoin de se rappeler : « Mais pourquoi qu’on fait ça don’? » Voici la liste que nous avons chacune d’épinglée sur notre frigo pour nous rappeler pourquoi on aime travailler! La liste à Odile Ça me permet de réaliser des projets un peu fous que je rêvais de faire. J’aime l’indépendance que ça m’apporte, financièrement et intellectuellement. Je donne un bon exemple à mes enfants, celui d’une femme qui choisit sa voie. Ça m’aide à calmer mon anxiété monétaire. Héritée de ma mère qui l’avait elle-même héritée de son père. #liensdusangjusquedanslesangoisses Quand j’ai des meetings, ça me donne des bonnes raisons de me mettre cute. J’en n’ai pas tant, faque c’est cool. J’ai l’impression d’être utile, surtout quand j’écris des textes dans lesquels des gens se reconnaissent. J’aime ça rencontrer des gens talentueux, je les trouve inspirants. Ça me permet de travailler tous les jours avec une de mes meilleures amies. Je sais que si un jour …

MAP au travail : Marie-Josée Gauvin

Chez Maman a un plan, on adore Marie-Josée Gauvin! La talentueuse animatrice radio ne cesse de nous impressionner. C’est bien simple, son énergie, sa créativité, son look (juste wow) et comment son amour de son travail au CKOI 96,9 transparaît, ça nous inspire! On s’est donc dit qu’il n’y avait qu’elle pour commencer notre série de portrait sur des mères-travailleuses-inspirantes. Ici, elle répond à nos questions et en profite pour partager avec nous sa passion pour l’animation, ses meilleurs trucs de conciliation, son amour pour sa puce de presque deux ans, Joséphine (on a eu les larmes aux yeux), et l’identité de sa working-mom modèle. Attention, c’est du béton! Qu’aimes-tu le plus de ton travail? J’écoute de la musique, en jasant de sujets qui m’intéressent, avec une proximité immédiate de mon auditoire. C’est vraiment cool. Après la naissance de Joséphine, as-tu pris un congé parental? Oui et j’ai recommencé à travailler lorsque Joséphine n’avait pas tout à fait trois mois. Un peu à cause du milieu dans lequel je suis, quoique mon patron ne m’a jamais mis de pression. …

Travailler à la maison : mythes et réalité

Dans mon ancienne vie, avant d’avoir des enfants, je veux dire, j’étais enseignante au secondaire. Une petite voix en moi me disait bien que je n’étais pas à la bonne place au bon moment. Mais surtout, avec le travail et l’horaire atypique de mon conjoint, je ne voyais pas comment je ferais pour continuer à travailler à temps plein en dehors de la maison, m’occuper de mes deux enfants de deux ans et moins et garder ma santé mentale. J’ai remis ma démission. Les quatre années qui ont suivi ont été faites de travail à la pige : à la maison pour quelques mois, en entreprises pour quelques mois, et ainsi de suite. Chaque fin de contrat à l’extérieur était pour moi un soulagement. Même si quelque semaines (ou plusieurs selon la durée du mandat) de paye steady après lesquelles j’avais pas à courir étaient vraiment chouettes pour mes états financiers, tout le reste (transport, contacts avec des gens incompétents et/ou désagréables, devoir jouer des games politiques, etc.) tout me repoussait à revenir travailler dans le …

Je dois faire quelque chose de pas correct

Comme une rengaine. Je ne sais plus combien de fois j’ai lu/entendu cette phrase sortir de la bouche de mères autour de moi ces derniers temps. Des mères qui, je vous l’assure, sont pourtant hautement compétentes dans l’incessante tâche mentale, physique et émotionnelle que leur réalité parentale leur demande. « C’est clair que je fais quelque chose de pas correct. » « Je dois pas en faire assez. » « Je manque d’expérience. » « Je sais pas quoi faire. » Et pourquoi, ces phrases? Pas parce que leur enfant a été une peste en public, mais parce que quelqu’un, quelque part, leur a dit que leur enfant était un ange, poli, serviable, sociable, solidaire, amical, attentionné, drôle, d’humeur égale ou quelque chose dans ce genre. Et qu’elles en sont tombées de leur chaise. C’est quoi, il gosse personne autour? Toute la journée à la garderie, il fait pas de crise? Il mord pas les plus jeunes à la récréation? Jamais? Vous me mentez pas, un peu? Ah ben, sacrament. Et la rengaine repart. « Mon enfant est odieux, colérique, agressif juste avec moi, …

J’ai honte de la mère que j’étais

Hé, salut. Avant de rentrer dans le vif du sujet, je pense qu’il serait plus poli que je me présente. Que je m’introduise, comme disent les Anglais. Question que cette nouvelle collaboration commence en douceur. Parce que le doux, c’est pas mal ma philosophie de vie. Le doux, c’est une priorité, un objectif, une quête. J’en distribue du mieux que je peux autour de moi. Tout comme les high-five. Je suis une bonne donneuse de high-five. Veux-tu un high-five? Tiens, prends-en un, c’est gratuit. Je suis très heureuse de débarquer sur Maman a un plan et de faire équipe avec une personne aussi sensible, intelligente et douée sur les réseaux sociaux qu’Odile. J’ESPÈRE QUE VOUS ALLEZ M’AIMER PARCE QUE MOI JE VOUS AIME DÉJÀ. Bloguer sa maternité J’ai longtemps écrit sur mon blogue personnel Ce que j’ai dans le ventre. Au fil des ans, les billets se sont accumulés par centaines, au gré de mes épiphanies, de mes questionnements et de mes pétages de coche. Je suis allée faire un peu de ménage là-dedans récemment. Chaque …

l'apaisante nature

Quand les tupperwares prennent trop de place

Un matin je me suis levée avec un urgent besoin de me brasser la cage. Parce que j’avais l’impression de tourner en rond, parce que je manquais de défis, parce que j’accumulais les frustrations et les insatisfactions et que je venais d’avoir 40 ans. On s’entend, je suis privilégiée. Je n’ai aucun « vrai » problème. On parle ici des remises en question d’une maman qui se sort de la petite enfance et qui, parce que sa fille est moins dans ses jupons, retrouve le temps de penser à son avenir et à ses ambitions. On parle de petites niaiseries qui minent le quotidien d’une éternelle insatisfaite. Je suis comme ça moi. Insatisfaite de moi, de ce que j’ai dit, de ce que je n’ai pas dit, du souper que je viens de faire (c’était meilleur la dernière fois). Mélangez ça à une éternelle optimiste (dans le sens de la vie pourrait être encore mieux, il n’en tient qu’à moi, je suis capable). On obtient une fâcheuse tendance à se taper sur la tête. L’urgent besoin de quelque chose. …